Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Metaphor : Entertaining Thanatos (2004 - cd - parue dans le Koid9 n°50)

(524 mots dans ce texte )  -   lu : 66 Fois     Page Spéciale pour impression

Metaphor_EntertainingThanatos.jpg

Metaphor est récemment réapparu sur l?excellent triple album collectif "Kalevala" (à posséder à tout prix  !) nous proposant un "raking the bones" en avant-première de leur prochain album. Malheureusement, il ne faisait pas partie des formations marquantes de cette ?uvre. Au contraire, il paraissait un peu pâlichon face aux autres. Et cette impression ne fait que se renforcer à l?écoute des autres morceaux de leur second album "Entertaining thanathos".

Pourtant, "Starfooted" qui l?a précédé en 1999 laissait plutôt une bonne impression, il est vrai dans une période moins faste en termes de quantité de disques progressifs sur le marché, ce qui nous incitait peut-être à plus d?indulgence. Mais même à l?heure actuelle il reste intéressant et atttachant. Certes le style emprunté n?avait rien d?original puisqu?il s?agissait d?un néo-progressif aux colorations genesissiennes.

Délaissés depuis par le label Galileo Records, et mis à part le bassiste qui a changé, on retrouve ici la même équipe. Il y a toujours cette voix agréable qui me fait penser à celle, bien meilleure toutefois, du chanteur de Galahad, autre groupe issu de la même "lignée", mais qui a su, quant à lui, évoluer d?album en album et nous étonner. Metaphor semble au contraire évoluer en sens inverse. Le chant est devenu monocorde, peu varié, tendant à nous faire croire que son auteur lui aussi s?ennuie. Car il faut dire que le temps semble long pour aller au bout de ce CD. Pas moyen non plus (ou si peu) de trouver un bon solo de guitare, une bonne intervention de claviers ou une atmosphère digne de ce nom. La section rythmique est en roue libre (de solex?) de bout en bout. Bref, tout cela est bien mollasson, appliqué et "easy listening". Rien ne dépasse du reste.

Le seul morceau à sortir vraiment du lot est aussi le seul morceau court (3?31) (tous les autres tournant autour des 7 minutes, et "yes & no" dure 17?43). Ce titre sort aussi du lot par son intitulé interminable  : "call me old and uninspired or maybe even lazy and tired but thirteen heads in the backyards says you?re wrong". Le rythme devient enlevé et saccadé, les riffs sont intéressants, le chant déformé est rigolo. Alambiqué mais pas trop, et surprenant  : bref tout ce que je demande. Le long morceau contient bien quelques bribes intéressantes, mais il manque de liant et l?ensemble s?effiloche très vite. En tous cas, cela est loin d?être suffisant vous en conviendrez.

Je propose à ces gens-là de concentrer leur propos à l?avenir, car à l?évidence le format long ne leur réussit plus trop, ou encore de revenir à une verve plus proche de leur premier album et tant pis si l?hommage à Genesis est trop évident. Après tout ce n?est pas à la portée de tout le monde de se confronter à l?ombre de ces géants (Que deviennent-ils au fait  ? Quelqu?un a-t-il entendu parler d?eux  ?). Moralité  : Fais gaffe Metaphor, car le dieu Thanatos fait ta mort (Phetamor  ?).

Note : 1/5

Michael "ensommeillé et déçu" Fligny




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.2222 seconde(s)