Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Millenium : Reincarnations (2002 - cd - parue dans le Koid9 n°44)

(349 mots dans ce texte )  -   lu : 75 Fois     Page Spéciale pour impression

Millenium_Reincarnations.jpg

Ah la Pologne, quel pays propice au rock progressif ! Nous avions déjà Quidam, Collage (merveilleux "Basnie"… Au fait, que devient Mirek Gil ?), Turquoise, Lizard… Maintenant, c’est au tour de Millenium de crever l’écran… ou plutôt l’ampli. A ne pas confondre avec son homonyme américain (qui joue du hard mélodique), Millenium vient de nous offrir une œuvre particulièrement consensuelle avec son 3ème album "Reincarnations". Comme RPWL avec "God has failed" ou Izz avec "I move", Millenium réussit à marier intelligemment tradition et modernité tout en privilégiant l’essentiel : la mélodie. « J’ai beau être progressif, si ce n’est mélodique je ne suis rien » (évangile selon Saint-Marc Moingeon) : tel semble être l’adage de notre formation polonaise ! Les 9 titres de "Reincarnations" sont parfaitement bien chantés, et en anglais en plus ! Un grand bravo à Lukasz Gleziowski, qui dispose d’un timbre de voix très agréable et d’un accent au dessus de tout soupçon. La musique, composée par le claviériste Ryszard Kramarski, est certes néo-progressive, mais à la différence d’un Arena répétitif et lourdaud (voir plus haut), Millenium enchante par ses arrangements légers et ses mélodies primesautières. C’est pas très compliqué, mais très chouette ! Si l’album s’ouvre par des sonorités vieillottes de mellotron, c’est pour mieux berner son monde, car la guitare lyrique et les synthés modernes font rapidement leur apparition (magnifique "hundreds of falling rivers"). Millenium me rappelle, en vrac : Kansas, Pink Floyd (l’instrumental "reincarnations"), Marillion période "Holidays in eden" ("gold is in your mind"), Alan Parson’s Project (le magique "light your cigar"). L’entraînant "higher than me" (qui a tout d’un tube) évoquerait plutôt un Asia inspiré. La ballade "the king of broken glass" me rappelle "to be a man" de Boston: l’émotion à fleur de peau ! De plus, l’album s’achève par un épique ("the casino of love") de tout premier ordre. Si vous aimez le progressif sucré (limite mielleux, même…), bien joué et chanté, que vous avez craqué par le passé pour Alan Parsons, Asia ou RPWL, Millenium est un bon plan.

Cousin Hub




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0434 seconde(s)