Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Mystery : Beneath The Veil Of Winter's Face (2007 - cd - parue dans le Koid9 n°62)

(370 mots dans ce texte )  -   lu : 81 Fois     Page Spéciale pour impression

Mystery_BeneathTheVeil.jpg

Internet a du bon quand même, on reçoit automatiquement les news des labels et celle de la sortie du nouvel album des québécois de Mystery m’a mis l’eau à la bouche.

J’ai donc immédiatement commandé l’album auprès du label et Michel St Père m’a gentiment envoyé un mail quelques jours plus tard me disant qu’il n’était pas encore sorti et que je recevrais le premier exemplaire, chose faite en ce maussade mois de mai !Alors que renferme ce nouvel album tant attendu car sorti plus de 9 ans après son prédécesseur "Destiny ?".

Un changement de taille en regardant la jaquette, un nouveau chanteur Benoît David vient remplacer Gary Savoie, ce qui donne une nouvelle personnalité au groupe même si son timbre de voix n’est pas si éloigné du chanteur précédant. Sur la plan musical, c’est un vrai bon en avant, et les années ont permis de développer une production accrocheuse et ça change vraiment tout.

Ca commence très fort avec "as I am" que j’avais déjà eu l’occasion d’écouter sur un sampler Unicorn sorti dans un numéro de notre confrère ProgResiste. Franchement, on entend immédiatement la différence, le son est plus fort, plus pêchu, et certains groupes réputés seront jaloux d’une telle production.

La marque de fabrique est toujours présente et les guitares agressives apportent beaucoup au style de Mystery qui oscille entre un progressif classique (les deux longs titres "travel to the night" et "the awakening" en sont la preuve flagrante) en passant par du néo prog et même du rock FM sans jamais faire dans le cliché en étant une redite de tel ou tel groupe.

Vous le comprendrez, cet album est pour moi l’un des disques majeurs de cette année 2007 et je suis enthousiaste de voir Mystery en si grande forme et le final "the preacher’s fall" (3’30 minutes seulement !) vous donne inlassablement envie de rappuyer sur la touche "Repeat".

C’est reparti pour un tour, miam, miam !

Olivier Segas

Site du label (Unicorn)




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0538 seconde(s)