Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Apocalypse : Refugio (2003 - cd - parue dans le Koid9 n°47)

(445 mots dans ce texte )  -   lu : 162 Fois     Page Spéciale pour impression

Apocalypse_Refugio.jpg

Après 17 ans d’activité, "Refugio" est déjà le septième album de ce groupe brésilien (4 albums studio, un live et un "Best of"). Le groupe se compose de Chico Casara basse et chant principal, Ruy Fritsch guitare et chant, Chico Fasoli batteries, percussions et chant et enfin Eloy Fritsch claviers et chant. Douze morceaux pour une durée de 64 minutes avec 2 bonus tracks : "ultimo horisonte" et "terra azul" provenant du double CD live enregistré lors de leur concert au Progday en Caroline du nord en 1999. Apocalypse a commencé à avoir du succès à partir de 1998 et leurs prestations au Rio Art Rock en 1998 et au Progday en 1999 les ont encore fait plus connaître dans le monde du rock progressif. Les musiciens se sont améliorés de disque en disque aussi bien dans la composition que dans l’interprétation. Après un néoprogressif sans trop d’originalité, le groupe a de plus en plus inclus dans ses compositions du symphonisme et du néoclassique et s’est débarrassé des influences habituelles de ce genre de groupe (Marillion, Genesis,…). Et "Refugio" en est le parfait exemple : la musique a beaucoup gagné en originalité et aussi en énergie. En effet l’influence néoprogressive a pratiquement disparu pour laisser la place à une musique plus complexe et plus symphonique, mais qui demeure toujours très mélodique. Les morceaux "cachoeira das aguas douradas" (9'21) et 'amazonia' (6'36) en sont le parfait exemple. Les claviers sont moins présents par rapport aux albums précédents, ce qui laisse plus de place à la guitare et permet à Roy Fritsch de montrer toute l’étendue de son talent. Par contre Eloy Fritsch est toujours aussi bon aux claviers, multipliant des sonorités différentes et auteur de quelques soli vraiment superbes. Il n’y a qu’à écouter le morceau "3 milenio" (court instrumental de 2'55) sans guitare et avec uniquement la section rythmique où Eloy démontre toute sa virtuosité. Mais heureusement ça ne ressemble pas à de la démonstration technique et c’est jamais lassant grâce justement à cette richesse mélodique et cette coloration sud-américaine. Un petit mot sur le chant en portugais : la voix de Chico Casara est chaleureuse et colorée (ah ces chanteurs du sud !!), pleine d’émotion et de passion. Magnifique !! Mais attention il n’est pas omniprésent et laisse une part importante aux développements instrumentaux. Les seuls petits reproches que je ferais à ce disque : le mixage pas terrible sur un ou deux morceaux et la huitième chanson de l’album vraiment dispensable.

Sinon "Refugio" reste un excellent album, sûrement le meilleur du groupe à ce jour. Fortement conseillé.

Remy Bessouat




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0386 seconde(s)