Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Paatos : Timeloss (2002 - cd - parue dans le Koid9 n°44)

(366 mots dans ce texte )  -   lu : 89 Fois     Page Spéciale pour impression

Paatos_Timeloss.jpg

Paatos, c’est la nouvelle révélation suédoise du moment…

En effet, si je vous dis que messieurs Stefan Dimle (basse) et Reine Fiske (guitare) sont de la partie, vous êtes déjà tout ouies, n’est ce pas ? Et oui, deux des chevilles ouvrières de Landberk sont de retour dans ce groupe étonnant !!! Ils sont épaulés par la chanteuse Petronella Nettermalm (je ne déconne pas !), ainsi que Huxflux Nettermalm (là non plus je déconne pas !!) à la batterie et Johan Wallen aux claviers. Quelques invités participent à la flûte, clarinette, saxophone, trompette et trombone.

L’album est ramassé (40 minutes à peine), avec 5 morceaux seulement (entre 05.11 et 12.17).

Dès l’entrée en matière avec le titre "sensor", on ne peut être que surpris par l’essence de cette musique, cherchant vainement la connexion avec Landberk.

En effet, ce début jazz, suivi d’une poussée d’adrénaline de la guitare et puis ce chant littéralement étonnant (me rappelant un peu celui de la chanteuse de Circus 2000 en nettement moins énervant toutefois) laissent sur le cul ! Avec "hypnotique" le morceau suivant, on est encore plus surpris puisqu’il s’agit presque d’un morceau planant, avec des vocaux que ne renieraient pas White Willow ou Portishead (sacrées références) et un spleen tangible et sensible absolument fabuleux sur lequel se promène un mellotron et un violoncelle littéralement habités. Un titre de plus de huit minutes absolument fabuleux ! Avec "tea", le groupe continue sur sa lancée de fort belle manière… "They are beautiful", le morceau suivant, prend plus le temps de la réflexion puisqu’il dure tout de même près de huit minutes. Encore un morceau d’une beauté confondante ! Enfin "quits le dernier et plus long morceau (plus de douze minutes), signé de la main du batteur (paroles et musique) est très marqué par le trip-hop à la Portishead … Intéressant.

Un disque absolument formidable, même si vous ne retrouvez pas vraiment de connexions avec Landberk, si ce n’est le talent de Reine Fiske à la guitare, bien sûr. Achat indispensable à mes yeux…

Renaud Oualid




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.1982 seconde(s)