Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Panzerballett : Panzerballett (2006 - cd - parue dans le Koid9 n°60)

(353 mots dans ce texte )  -   lu : 90 Fois     Page Spéciale pour impression

Panzerballett_Panzerballett.jpg

En Allemagne aussi on sait jouer du jazz rock à l’américaine à coup de groove bien senti, mêlant jazz (donc), funk (ouais, ça c’est bon !) et métal (ah tiens ! Pourquoi pas !). Jan Zehrfeld, excellent guitariste de son état, a tout composé pour ce premier album de Panzerballett, quatuor composé aussi d’un saxophoniste et d’une section rythmique à couper le souffle. Ici, pas de claviers (c’est pas du prog alors ?) mais présence plus qu’heureuse d’une guitare virtuose (ouf, on a échappé à du Aka Moon !) travaillant aussi bien dans le registre jazz que dans le métal.

Et pour couronner le tout, ça va à l’essentiel. Ca ne s’encombre pas dans des chorus stériles et inutiles (même s’il y en a). On ne s’ennuie pas une seconde. Les arrangements, les mélodies, la complexité rythmique sont d’une qualité digne des pros. Ca vient peut être de la légendaire rigueur germanique, qui sait ? Ils ont en tout cas eu droit de passer cette année (2006) en première partie de Tony Mc Alpine/Billy Sheehan/Virgil Donati durant leur tournée européenne. Ah oui, tiens : la référence à Planet X, le groupe de "heavy jazz rock" de Derek Sherinian, l’ancien claviériste de Dream Theater ? Bien vu, mais je le répète, pas de claviers à l’horizon. Les références viendraient plutôt, d’après moi, du coté d’un Bruford et de son EarthWorks (la batterie est acoustique ici, je préfère le préciser) et d’un Allan Holdsworth.

Mais il y a aussi cet aspect vraiment heavy métal qui se mêle à la perfection à une musique déjà doté d’une véritable identité. Les instruments solistes que sont le saxophone et la guitare, chacun dans son registre de prédilection, s’entrechoquent pour former une musique progressive dans le vrai sens du terme.

Vraiment, Panzerballett est une très agréable surprise, prouvant qu’il est encore possible de montrer une virtuosité impressionnante, tout en proposant une musique pas chiante.

Patrick Robinet

Site du groupe




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0413 seconde(s)