Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Pendragon : Pure (2008 - cd - parue dans le Koid9 n°68)

(429 mots dans ce texte )  -   lu : 82 Fois     Page Spéciale pour impression

Pendragon_Pure68.jpg

Après "Believe" qui fut pour moi un album transitoire pour Pendragon, ce nouvel album qui lui succède trouve ses marques et propulse une nouvelle fois le groupe sur orbite.

Dès les premières notes on se demande si l'on ne rêve pas car "idigo" débute par de gros riffs de guitare qui ne dépayseraient pas les fans de hard-rock.

Mais les fans du groupe sont vite rassurés et on retrouve l'univers de Pendragon, avec un son modernisé et renouvelé. Toujours de la guitare et toujours des claviers, mais ces derniers ont retrouvé une nouvelle jeunesse et Clive Nolan, sans être dans l'ombre, participe à la nouvelle musique du groupe.

Le nouvel arrivant Scott Higham à la batterie donne aussi un nouvel élan à la musique des Anglais, sans oublier Peter Gee et sa basse qui accompagne parfaitement l'autre rythmique du groupe.

"Eraserhead" est le titre que tout le monde a pu découvrir sur le site de Pendragon et qui servait aussi d'accompagnement à la vidéo promotionnelle des concerts des 30 ans du groupe. Un très bon morceau qui reflète parfaitement le nouvel univers de Pendragon.

Avec "comatose" on retrouve les longues envolées de Pendragon, un long titre divisé en 3 parties qui rendra cet album indispensable à tout amateur de la bande à Nick Barrett.

"The freak show" va devenir un standard du groupe, au même titre que "Nostradamus", "as good as gold" ou "masters of illusion", que l'on écoute toujours avec grand plaisir en concert. En tout cas j'adore ce titre, le refrain est tranchant et la chanson vous pénètre directement sans jamais vous lâcher.

Le dernier titre "it's only me" est une superbe ballade au final superbe et là encore Pendragon excelle dans ce genre de chanson.

Pour conclure, "Pure" poursuit la nouvelle ère qu'avait ouverte "Believe", mais cette fois Nick Barrett a trouvé ses marques. L'album est mieux construit que le précédent, qui était une cassure plus prononcée dans la musique du groupe (et surtout il avait fallu l'attendre longtemps).

Aujourd'hui donc, Pendragon a trouvé sa nouvelle voie et semble vouloir nous prouver qu'après trente années de carrière on arrive à se renouveler sans renier son passé, on ne peut pas en dire autant de certains autres groupes.

Album disponible en VPC uniquement ou aux concerts du groupe…

Olivier Segas




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0313 seconde(s)