Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Pictorial Wand : A Sleeper's Awakening (2006 - 2 cd - parue dans le Koid9 n°60)

(357 mots dans ce texte )  -   lu : 76 Fois     Page Spéciale pour impression

PictorialWand_ASleepersAwakening.jpg

Jadis il y a fort longtemps

Au milieu de nulle part

Vivait un peuple mécontent

Opprimé du haut des remparts

Par un roi cruel et inique

Mais le souverain étendu

Franchit lors d'un trip onirique

La Porte des Âmes Perdues

Et ne vit qu'orgueil et luxure

Harcelé de pensées bouffonnes

Navré par son côté obscur

Il abandonna sa couronne

Cette histoire, racontée par le menu sur deux CD, est l'aboutissement de trois ans de travail du compositeur et multi instrumentiste Mattis Sörum. Ce dernier peut d'emblée être présenté comme un Arjen Lucassen norvégien, même s'il déclare dans une interview (sur le site Internet "Lords of Metal E-zine") ne pas apprécier cette comparaison, tout en avouant son admiration pour le musicien hollandais. Comme pour Ayreon, sa musique est un mélange de progressif symphonique pompeux aux claviers prédominants, enrichi par l'apport d'instruments classiques (flûte, violoncelle), et de passages à connotation plus heavy. Il y a aussi parmi les invités plusieurs chanteuses dont les voix aux timbres variés évoquent les différents personnages de l'histoire. Il en résulte une grande cohérence musicale, avec des mélodies envoûtantes et des chœurs féminins contrastant avec des passages plus enlevés. Mais plusieurs points faibles risquent d'inciter l'auditeur à trouver le temps long s'il écoute successivement ces deux CD pendant quasiment deux heures. D'abord, la voix du chanteur principal est un peu rauque et plate, et heureusement compensée par les belles voix féminines signalées précédemment. Ensuite, les riffs de guitare sont lourds et monotones, donnant l'impression que l'aspect hard rock a été rajouté un peu artificiellement. Enfin, la trop grande homogénéité du style musical fait qu'aucun morceau ne ressort de l'ensemble. Malgré ces petits défauts, et le fait que ce type de progressif est inhabituel chez Unicorn, ce disque bien en place et bien produit plaira forcément aux fans d'Ayreon ainsi qu'aux amateurs de claviers en tout genre.

Bruno "réveil à la baguette" Dassy




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0566 seconde(s)