Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Plackband : After The Battle (2003 - cd - parue dans le Koid9 n°45)

(348 mots dans ce texte )  -   lu : 74 Fois     Page Spéciale pour impression

Plackband_AfterTheBattle.jpg

Plackband est un groupe hollandais très populaire aux Pays-Bas depuis plusieurs années, auteur de ce "After the battle", concept album autour du spleen d'un soldat, sorti il y a quelques mois déjà mais qu’on ne pouvait pas ignorer.

D'inspiration très genésienne, ce groupe ne s'attirera pas mon habituel courroux quant à ceux qui masquent leur manque de génie par du plagiat maladroitement dissimulé. En effet, l'authenticité des créations est manifeste, le talent des compositions évident. En fait, Plackband emprunte à Genesis des sonorités que la genèse a peu ou prou employés et nous les renvoie des années plus tard pour notre grand plaisir. "Plackband", le deuxième et éponyme morceau est lui plus genesien dans l'écriture, plus néo dans les sonorités surtout au niveau des claviers mais avec des plans de guitare à la IQ et surtout Atoll. C'est le genre de morceau qui indique d’emblée que l'on a un bon album entre les mains. "See the dwarf", le troisième, captive immédiatement par son synthé "And then there were three" et une guitare à la Rothery, et que dire du magnifique "end of the line", mélange de "broadsword" de Jethro Tull et de "los endos" de Genesis ou du "ghosttown" sortant tout droit de "The lamb" avec en plus un effet sur la voix rappelant It Bites. Si "the hunchback" a une première partie faible et inutile, la seconde est très chaleureuse façon "spot the pigeon", s'emboîtant avec "sign of the knife" plus proche d'un Marillion période "Clutching at straws", "remember forever" s'apparentant plus à un Camel période "Single factor" ou à Steve Hackett façon "Cured", et même si ces deux derniers morceaux sont peut-être les moins ambitieux, ils n'en sont pas les moins attractifs.

L'homogénéité du groupe fait de ce disque une œuvre très très attachante, d'une grande sensibilité, généreuse, avec des sons de guitare que l'on entendait plus (ex : wah wah) et qui devrait plaire à tous les fans de progressif.

Conseillé.

Bruno Cassan




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0419 seconde(s)