Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Radio Massacre International : Time & Motion (2010 - 2 cd - parue dans le Koid9 n°74)

(375 mots dans ce texte )  -   lu : 102 Fois     Page Spéciale pour impression

RadioMassacreInternational_TimeAndMotion.jpg

Ceci est le 15e album studio du groupe depuis 1995 (sans compter les 25 CDR officiels, les 4 albums téléchargeables et l'album solo de Steve Dinsdale "New church")  ! Autant dire que les fans de ce groupe ont intérêt à avoir du pognon et du temps pour écouter tout ça? Je vous avais déjà parlé de ce groupe il y a deux ans dans le numéro 65 à l'occasion de la sortie de "Rain falls in grey", hommage à Syd Barrett. Je vous expliquais qu'il fallait se méfier du ramage qui ne correspondait pas du tout au plumage. Sous des airs de Gong le groupe délivrait en fait une musique plus proche de Pink Floyd ou de Tangerine Dream. Ici, la pochette est moins sujette à caution avec ce tableau moderne de Walt Shaw. Le groupe a enregistré, entre février et juin 2009, ce double-album très space. Le groupe est toujours composé de Steve Dinsdale (électroniques et percussions), Duncan Goddard (électroniques et basse) et Gary Houghton (guitares et électroniques) avec comme invité unique Martin Archer (instruments à vent et électroniques). Plus de violon, donc. L'on notera que le groupe privilégie énormément l'électronique également. Les deux galettes sont assez identiques, proposant des morceaux longs (entre 9' pour le plus court et 24' pour le plus long). Il s'agit clairement d'un voyage spatial qui nous est proposé, à l'instar de leur opus précédent. Difficile de chroniquer un tel truc, il s'agit plus d'une expérience sensorielle qu'autre chose. Chacun y entendra quelque chose de différent et surtout voyagera vers des contrées plus ou moins lointaines. Les influences sont toujours les même, clairement le Tangerine Dream en premier lieu, suivi du Pink Floyd instrumental. Quelques touches free, essentiellement dues aux saxophones et autres instruments à vent, viennent compléter le tableau. L'influence Gong (avec Didier Malherbe) certainement. Encore un superbe voyage aux confins de l'univers, à réserver toutefois aux rêveurs absolus et à ceux que notre société super speed n'aura pas encore englouti dans son absence de temps à donner au temps. Conseillé aux fans des groupes précités ainsi qu'à ceux de formations comme Ozric Tentacles, Heldon, Robert Fripp ou même Djam Karet.

Renaud "spacy" Oualid




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0476 seconde(s)