Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Alan Simon : Excalibur 2 - L'anneau Des Celtes (2007 - cd - parue dans le Koid9 n°61)

(710 mots dans ce texte )  -   lu : 106 Fois     Page Spéciale pour impression

Excalibur_2.jpg

1999 : le Nantais Alan Simon sort un album ambitieux entièrement écrit et composé par lui. Intitulé "Excalibur – La légende des Celtes", ce disque bénéficie d’une pléiade d’invités : Fairport Convention, Roger Hodgson, Tri Yann, Dan Ar Braz, Gabriel Yacoub, Angelo Branduardi, Denez Prigent, Didier Lockwood, l’orchestre symphonique de Prague et d’autres encore… Le bouche à oreilles fonctionne à fond, le disque se vend bien et le concert de Rennes avec tous les invités est un succès qui génère un album live puis récemment le DVD correspondant.

En ce début 2007, sort la suite logiquement appelée "Excalibur II – L’anneau des Celtes". Même principe de base : Alan Simon se charge des compos et beaucoup de gens lui filent le coup de main. Le Fairport Convention, Dan Ar Braz et le symphonique de Prague sont toujours là avec cette fois-ci Jon Anderson, Martin Barre, Justin Hayward, John Helliwell, Les Holroyd, John Wetton, Alan Parsons, Didier Squiban, Carlos Nuñez, Andreas Vollenweider pour ne citer que les principaux… Ouf ! Quelle brochette !

Un peu folk, un peu celtique, un peu pop symphonique, très mélodique, un peu intimiste, parfois grandiloquent, le tout a une étonnante cohérence malgré le nombre d'intervenants. Le premier volet ne donnait pas cette impression d’ensemble et partait un peu dans tous les sens comme si les interprètes étaient venus piocher les titres qui leur plaisaient alors que pour "Excalibur II" on peut penser que Alan Simon a écrit en ayant déjà en tête le nom de ceux qui joueraient ou chanteraient. C’est effectivement ce qui s’est passé (arrangements quasi-exclusivement faits par Simon cette fois-ci) et le résultat me paraît curieux… comment dire… chacun fait ce qu’il connaît le mieux mais dans un moule général avec trop peu d’aspérités. On sait à quoi s’attendre quand on connaît le parcours de chacun, il n’y a pas de contre-emploi (à part Wetton peut-être). La sauce prend très vite car mélodiquement c’est imparable mais je trouve qu’elle retombe aussi assez facilement. La diversité donnait plus de force à "La légende" qu’à "L’anneau". Vous avez sans doute vu les pubs télé pour l’album avec le titre chanté par le leader de Yes "circle of life". Lui et Les Holroyd (qui fait du très bon Barclay James Harvest sur "call") interprètent les deux titres qu’on peut appeler phares de ce CD.

Au niveau ambiance, l’album est plutôt calme. Le côté souvent festif et rentre-dedans de la musique celtique (ou simplement bretonne) n’est pas ou peu représenté, dommage. On lorgne plus vers les ballades, très belles au demeurant, que le rock celtique. Si le concept du premier volet de cette trilogie (3ème à paraître en 2008 je crois) était la légende arthurienne, l’histoire de "L’anneau des Celtes" se situe avant et conte la naissance de Merlin, sa jeunesse, ses combats au sein du royaume d’Anwynn et ses liens avec le Petit Peuple. On pense beaucoup au Seigneur des Anneaux. Le thème général a été maintes fois (trop !) traité de diverses façons dans le style de musique qui nous intéresse ici. C’est un des arguments de ses détracteurs : les chevaliers, les fées, les rois, les épées… tout ça suffit ! C’est pas faux je trouve, et la jaquette n’échappe pas à la règle.

J’ai pensé à Ayreon, pas pour le style de musique bien-sûr, mais pour la façon de mener le projet : plein d’invités pour différents titres sur une histoire unique. Le même danger existe pour Alan Simon : attendre l’écoute d’un morceau seulement pour son interprète principal et pas pour le morceau lui-même. D’ailleurs le verso du boîtier donne les titres avec leurs invités. OK c’est plus vendeur, mais sur le 1er c’était seulement les titres, les interprètes étaient mentionnés à l’intérieur. J’espère qu’on n’arrivera pas, comme sur les albums d’Ayreon, à l’inverse pour le prochain…

Tiens, pendant que j’y pense, un choix étrange de production : plein de réverbe sur les caisses claires ! Ça ne se fait plus beaucoup.

En résumé pour moi : séduit puis déçu. Très bel album mais j’attendais mieux.

François Albert

Infos sur le site consacré à la trilogie




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.1184 seconde(s)