Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Billy Sherwood : The Big Peace (1999 - cd - parue dans le Koid9 n°30)

(413 mots dans ce texte )  -   lu : 85 Fois     Page Spéciale pour impression

BillySherwood_TheBigPeace.jpg

On a cru pendant un moment que Billy Sherwood rêvait de devenir Yes à lui tout seul tant il faisait preuve de mimétisme. Chris Squire voyait même en lui une sorte de fils spirituel. Avec "Open your eyes", on a pu constater que c'est finalement Yes qui s'est approprié Billy et son style. C'était là pour lui une forme de consécration après son travail dans l'ombre du géant durant plusieurs années. Néanmoins, c'est une très bonne chose que le multi-instrumentiste / auteur / chanteur / producteur continue à cultiver un jardin secret déjà révélé à travers les deux albums de World Trade. Le fait que "The big peace" sorte sous le nom de Billy et non celui de World Trade n'est pas vraiment étonnant si l'on considère la notoriété toute neuve de l'artiste. Cependant, si "The big peace" s'inscrit dans la continuité de "Euphoria" et bien que les habituels complices de World Trade soient invités sur certains morceaux, c'est bien Billy qui a assuré la plus grosse partie du travail, jouant de tous les instruments sauf de la batterie. Côté production, on reconnaît le style moderne déjà imprimé à "Open your eyes" mais l'ensemble est plus "intimiste". On a bien affaire à du rock progressif, d'un style original, saupoudré d'AOR et en définitive, assez peu commercial. Ne reposant pas sur la structure couplet-refrain, les morceaux semblent en effet parfois un peu décousus. "The big peace" pourrait apparaître comme un album concept, une sorte d'"Olias of sunhillow" de fin de siècle, en moins symphonique. Billy est un petit génie des studios et cela s'entend. Avantage mais aussi inconvénient car à trop oublier l'alchimie d'un vrai groupe, la musique devient un peu trop mécanique et manque parfois de chaleur. Un comble lorsque l'on connaît les thèmes chers à Billy. Ce sont d'ailleurs les mêmes que l'on trouvait sur les deux World Trade et le dernier Yes ("Open your eyes" pourrait tout à fait être la devise de Billy !) : la paix, l'amour, la nécessaire prise de conscience collective de l'Humanité de ses responsabilités envers la planète et son avenir. Un extrait au hasard, tiré de "the big peace": "Wake up to the real world, all of us joining together, we can make a difference for the future". Bref, on aimera ou non son style mais Billy reste, selon moi, un artiste/musicien intéressant et attachant.

Jean-Luc Putaux




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0321 seconde(s)