Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Saga : Pleasure & The Pain (1997 - cd - parue dans le Koid9 n°22)

(585 mots dans ce texte )  -   lu : 82 Fois     Page Spéciale pour impression

Saga_PleasureAndThePain.jpg

Fan convaincu depuis 1983, j'attends chaque album de Saga avec impatience, même si par le passé j'ai connu quelques déceptions ("Steel umbrellas" en 1994), je sais que chaque album est différent. "Generation 13" (1995) m'avait comblé car il était l'album du retour au rock progressif que beaucoup attendaient. "Pleasure & the pain" rompt une nouvelle fois avec ce style et certains seront très heureux de l'apprendre, les canadiens n'ont pas englué cet album de synthés et la part belle est laissée aux guitares de Ian Crichton, d'ailleurs on retrouve beaucoup de similitudes entre ce disque et l'album solo du guitariste "Welcome to the boom boom boom".

Les chansons sont plus courtes, plus carrées, plus brutes et donc moins travaillées.

Il m'a fallu plusieurs écoutes attentives pour me plonger dans l'univers de ce disque et je me suis aperçu que le groupe fait plusieurs fois référence à son passé: sur "where's my money" il se remet en mémoire sur fond de musique techno (!) son époque glorieuse (1980/1984), époque où l'argent coulait à flot (les inconditionnels reconnaîtront en sourdine "don't be late" et "wind him up" tous deux extraits de "In transit" le seul live de Saga sorti en 1982). Une nouvelle version de "you're not alone" (l'originale datant de 1979) plus endiablée que jamais et plus "guitare" et le titre "pleasure & the pain" chanté par Jim Gilmour reprend la mélodie de la fin de la chanson "no stranger" tirée de l'album (le meilleur?) "World's apart" sorti en 1981 viennent compléter cette référence au passé.

Ce disque marque les 20 ans de carrière du groupe, si les morceaux sont énergiques, on ne retrouve pas "l'esprit" Saga qui animait les premiers albums, le manque de clavier appauvrit souvent les titres qui ne sont guère progressifs, de plus la voix de Michael Sadler n'est que rarement mise en valeur et chose curieuse aucune ballade à l'horizon alors que chaque disque du groupe en comptait une, voir deux.

Petite déception donc à l'écoute de ce "Pleasure & the pain" qui paraît un peu "bâclé". Saga devait-il sortir à tout prix cet album pour fêter son anniversaire? Pourquoi ne pas avoir plutôt attendu de faire cette tournée (la plus longue du groupe depuis sa naissance!) pour nous offrir un double album live ou carrément un coffret CD+VIDEO (le rêve!!)?

Dommage car Saga est capable de faire beaucoup mieux, et on se demande si il y aura une suite, en effet la liste des remerciements est telle et la série de photos (qui ne date pas d'aujourd'hui!) sont là pour appuyer cette affirmation, en plus Steve Negus a quitté la formation. Est-ce le début de la fin, en tout cas l'esprit n'y est plus et l'inspiration non plus, remarquez qu'il était difficile de donner un successeur à "Generation 13" et on sent que Saga a eu beaucoup de mal à accoucher de ce disque.

La motivation a manqué, mais est-ce uniquement de la faute du groupe, le peut d'intérêt que lui portent les médias n'est-il pas aussi un peu responsable de cette "crise"? En conclusion: si Saga passe par votre pays, allez les voir en souvenir du passé et en espérant que l'avenir sera meilleur pour ces cinq musiciens qui ne savent plus vraiment où ils en sont... musicalement tout du moins!

Olivier Segas




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0381 seconde(s)