Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Saga : Network (2004 - cd - parue dans le Koid9 n°51)

(412 mots dans ce texte )  -   lu : 103 Fois     Page Spéciale pour impression

Saga_Network.jpg

Mieux, beaucoup mieux… que l’album précédent "Marathon". D’ailleurs, tout juste 1an ½ séparent les deux œuvres. J’ai l’impression que Saga voulait peut-être corriger le tir.

On reste dans l’esprit Saga, y’a pas photo. Ces gens-là n’inventent plus la poudre mais ils connaissent leur sujet sur le bout des doigts. On passe un bon moment avec un album que je situerais après quelques écoutes quasiment au niveau de l’excellent "House of cards" sorti en 2001.

Ian et Jim Crichton ainsi que Michael Sadler et Jim Gilmour sont toujours là mais le changement majeur est le départ du batteur Steve Negus toujours en bon terme avec le groupe mais qui souhaitait s’éloigner un peu et faire autre chose. Il est remplacé par un certain Christian Simpson que je ne connais pas mais qui cogne exactement comme il faut avec Saga. Là où le jeu de Negus était devenu plutôt plat, surtout sur "Marathon", Simpson fait respirer la batterie, élargit la palette des rythmes et pose des accents auxquels on ne croyait plus. Sa caisse claire ne fait pas pouf (voir la chronique de "Marathon" dans le koid’9 n° 45 d’avril 2003. Bref, il fait du Steve Negus jeune ! Du coup, cela semble revitaliser ses nouveaux compères et l’inspiration comme la diversité et la cohésion sont bien là de nouveau. Dix titres pour un total de 50 minutes, c’est un format qui paraît court maintenant mais c’est dingue ce que je préfère ça à un CD de 79 minutes plein de remplissage !

Le piano, instrument finalement peu utilisé par les Canadiens, revient plusieurs fois pour des envolées solitaires comme sur "believe". La guitare acoustique vient aussi nous chatouiller les cages à miel. Les riffs de grattes électriques sont toujours puissants et incisifs. Les synthés reprennent le dessus par rapport aux albums précédents et la voix un tantinet théâtrale de Michael Sadler fait toujours merveille. Le titre d’ouverture "on the air" ou bien "outside looking in", "live at five" et "don’t make a sound" sortent du lot. Seul "i’m back" est peut-être plus faible. Mais c’est un bon cru ! L’ambiance des morceaux a visiblement été privilégiée plutôt que leur habillage.

Tournée européenne en novembre avec comme d’habitude une flopée de dates en Allemagne et des miettes ailleurs. Rien de prévu en France. Ach… tommache.

François Albert




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0301 seconde(s)