Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Satellite : A Street Between Sunrise And Sunset (2003 - cd - parue dans le Koid9 n°46)

(369 mots dans ce texte )  -   lu : 78 Fois     Page Spéciale pour impression

Satellite_AStreetBetweenSunrise.jpg

Satellite n’est pas à proprement parler une nouvelle formation, puisque ses principaux protagonistes sont issus du groupe polonais Collage. Peu de choses ont changé depuis les albums de ce groupe de 1990 à 1996, puisque la tradition néo-progressive, caractérisée par un chant très présent, et des développements musicaux apparentés aux premiers Marillion et à Pendragon, est respectée. La superbe couverture de Mark Wilkinson est d’ailleurs là pour nous le rappeler. Le progrès le plus notable dans cette nouvelle création est dans la pureté du son qui vaut vraiment l’écoute au casque. Sinon on retrouve toutes les qualités qui ont fait le succès de Collage: la voix très mélodieuse de Robert Amirian qui s’exprime dans un anglais à rendre jaloux un britannique, mais qui a un peu trop souvent tendance à susurrer, sans véritablement pousser sa voix, rendant palpable la durée un peu longue du disque et des morceaux. Il y a ensuite les solis flamboyants de Mirek Gil à la guitare, soutenu maintenant par Sarhan. Les claviers sont principalement plaqués en nappes ou joués en arpèges sans risquer de trop grandes envolées. Le batteur-percussionniste et compositeur Wojtek Szadkowski a un jeu tout en délicatesse, c’est assez rare pour le signaler, mais il est mixé un peu trop en retrait. Bref, il n’y a pas grand chose à envier aux 2 modèles cités plus haut. C’est beau, ça coule naturellement, net et sans accroc. La mécanique est bien huilée. Et c’est peut-être là que le bât blesse. Est-ce qu’en 2003, ce style musical arrive encore à se renouveler, en dehors de faire valoir une meilleure qualité d’enregistrements ? Selon moi, c’est Arena qui y parvient le mieux jusqu’à présent.

Si vous appréciez une musique agréable, soignée, bien interprétée et parfaitement restituée sur CD, mais sans génie autre que mélodique, vous pourrez être séduits. Personnellement je préfère une musique plus "risquée" et en tous cas moins balisée, dont Abraxas et Ankh constituent de talentueux représentants issus du même pays. Jetez donc une oreille sur le surprenant dernier album d’Ankh "Expect unexpected" qui vient de paraître. Ils ont radicalement changé d’orientation et çà leur réussit bien.

Michael Fligny




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0385 seconde(s)