Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Arti & Mestieri : First Live In Japan (2007 - cd - parue dans le Koid9 n°64)

(360 mots dans ce texte )  -   lu : 112 Fois     Page Spéciale pour impression

ArtiMestieri_FirstLiveInJapan.jpg

Parmi les groupes qui contribuèrent à l’édifice progressif italien des années 70, il y en avait qui sont restés fidèles à leur style jusqu’à aujourd’hui, pendant que d’autres se sont vautrés dans la soupe commerciale sans pour autant gagner en popularité. Le groupe Arti & Mestieri fait parti des premiers et a réussit à créer une possibilité de fusion entre l’univers de King Crimson et celui du Mahavishnu Orchestra. Mais quelque part, ces univers étaient déjà assez proches, en particulier depuis "Larks tongues in aspic". Mais revenons à notre groupe transalpin qui révéla surtout le talent de son batteur, Furio Chirico, dans un style pétaradant proche d’un certain Billy Cobham (tiens, tiens) et du claviériste Beppe Crovella qui tient ici tout les claviers symboliques du rock progressif (mellotron, Hammond, Fender Rhodes, pour ne citer que les plus marquants). Ils ont commis entre autres les deux disques majeurs que sont "Tilt" (1974) et "Giro di valzer per domani" (1975) alors que l’on surfaient complètement dans la vague jazz rock. Le climat musical n’est pas pour autant anglo-saxon mais naturellement très latin, très expressif, mais également, et ce sera un atout, très mélodique. Le sax côtoie admirablement la guitare, le violon ainsi qu’un chant italien typique de ce qu’on peut attendre d’un groupe italien. La musique d’Arti & Mestieri n’est pas aussi légendaire que celle d’un Banco ou d’un PFM, mais ses musiciens peuvent se venter d’avoir été fidèles à leur univers musical en continuant leur activité, comme en témoigne "First live in Japan", ce concert enregistré à Tokyo en 2005. On retrouve à cette occasion de larges extraits des deux fameux albums cités plus haut ainsi que six nouveaux morceaux qui sont, justement, dans l’esprit originel avec un poil de symphonique en plus. Le groupe, surtout son batteur aux allures d’un Christian Vander ou d’un Terry Bozzio tendance musclé, a encore la pêche et l’énergie renvoyé dans ce live est bien transmise à l’écoute. "First live in Japan" est un disque honnête et pratique pour qui ne connaît pas encore ce groupe.

Patrick Robinet




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.066 seconde(s)