Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Stormwind : Rising Symphony (2003 - cd - parue dans le Koid9 n°46)

(259 mots dans ce texte )  -   lu : 80 Fois     Page Spéciale pour impression

Stormwind_RisingSymphony.jpg

Lorsqu’on pense au heavy metal suédois, le nom de Yngwie Malmsteen vient immédiatement à l’esprit. Stormwind est effectivement un émule de Malmsteen. Il existe depuis 1996 et en est déjà à son 6ème album. "Rising symphony" est un bon disque de power-métal symphonique. Passé l’épreuve de la rythmique speedée (le batteur s’appelle David Wallin qui n’est autre que … le fils de M. et Mme Wallin), on découvre un groupe vraiment intéressant qui allie virtuosité (les solos de guitares et de claviers à fond la caisse) et émotion (le chant, les chœurs, les mélodies). Le maître d’œuvre de Stormwind se nomme Thomas Wolf et c’est le guitariste. Il est champion de Karaté, intime de l’acteur Dolph Lundgren et faut pas le faire chier ! Il lui arrive souvent de s’énerver sur son instrument. Au chant, nous apprécions l’extraordinaire Thomas Vikström qui donne toutes ses lettres de noblesses à Stormwind. Ecoutez-le vocaliser sur la splendide ballade classisante "river of love" : qu’est-ce que c’est beau ! Et sur la fresque sudiste "white man" ? Splendide, on dirait quasiment Ronnie James Dio… Sur le suave "streets of prishtine", il chante comme Glenn Hughes. Il apporte vraiment quelque chose au son du groupe, Thomas. L’album est globalement assez heavy, mais pas seulement. Stormwind s’aventure aussi sur le terrain du classique à l’occasion de courts instrumentaux : l’intro symphonique "rising symphony" et "venezia" interprétée à la guitare acoustique. A découvrir si vous êtes en manque de métal symphonique.

Cousin Hub




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.1935 seconde(s)