Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Styx & The Contemporary Youth Orchestra Of Clevela : One With Everything (2006 - dvd - parue dans le Koid9 n°60)

(544 mots dans ce texte )  -   lu : 72 Fois     Page Spéciale pour impression

Styx_OneWithEverything_dvd.jpg

Depuis l’an 2000, Styx submerge son marché de produits : après les CD best-of, compilations diverses, les reprises ("Big bang theory"), les live en veux-tu en voilà (citons en résumé : "Arch allies", "World live 2001", "At the river’s edge", "21st century live"), voici le petit dernier décliné en version CD (voir la chronique de Cousin Hub dans ce même numéro) et version DVD. Et oui, c’est encore un live ! Mais, l’originalité c’est que, pour ce concert, Styx s’était entouré d’un orchestre symphonique de 171 personnes âgées de 13 à 17 ans. C’est sur des trompettes en folie (les trompettistes sont debout) qu’arrive le groupe sur scène reprenant cette intro de "blue collar man". Tommy Shaw est désormais barbu (essayant sans doute de faire moins jeune – un comble !) mais, visiblement, ses belles boucles blondes opèrent toujours la même magie vis à vis de la gente féminine. James Young chante de mieux en mieux (son interprétation de "Lorelei" – titre non disponible sur le CD – est un petit bijou de justesse). Lawrence Gowan, avec son clavier tournant (à l’instar de Jordan RudessDream Theater) arrive par son doigté et sa voix superbe à faire oublier le grand absent qui composa la majorité du répertoire de Styx – j’ai nommé Dennis DeYoung. Quant à la paire rythmique, Todd Sucherman remplace brillamment ce "Dear John" (voir dans les bonus sa partie époustouflante de batterie filmée en caméra fixe au cours de "the Styx cyo medley" – non dispo sur CD) et Ricky Phillips, n’étant plus un étranger (Foreigner) depuis longtemps, fait mieux que jouer la doublure de Chuck Panozzo (qui vient encore faire son petit tour pour "fooling yourself" et "renegade"). Au final, je me demande si ce n’est pas cet orchestre qui est la vraie vedette de ce show : il faut voir la jeune chef d’orchestre – Liza Grossman – se démener pour mener tout son jeune monde à la baguette, ces 170 jeunes qui n’hésitent pas à se lever et faire les fous pendant "I don’t need no doctor" (absent du CD). Quelle bonne humeur ! Quelle joie communicative ! Quel bon esprit musical !

Le DVD est luxueux : filmés en 16/9, les images ont des couleurs resplendissantes. Quant au son, DTS, 5.1 surround, dolby stéréo, il bénéficie d’un mixage aux petits oignons (surtout quand on pense au monde qu’il y a sur scène !). En plus des 2 nouvelles chansons ("just be" et "one with everything" – déjà chroniquées sur le CD – mais ici en live, forcément), s’ajoutent, dans la partie bonus, 2 autres nouveaux titres filmés lors de ce même concert ; 2 reprises de Noël ("all I want for Christmas" et "ring the bells") qui voient toutes les têtes des jeunes musiciens coiffées d’un bonnet rouge. Ambiance de fête garantie ! Enfin, une interview de moins de dix minutes (non sous-titrée en français malheureusement) et un diaporama de 5 minutes sur fond de "Just me" en version stéréo ou de "blue collar man" en version 5.1 complètent les bonus (sans oublier la prise de batterie isolée pendant le medley).

Sans aucun doute, le DVD de Styx en public qu’on attendait !

Gilles Masson




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0777 seconde(s)