Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numro.

Astrovoyager : Temporal Gravitation² (2006 - cd - parue dans le Koid9 n°58)

(507 mots dans ce texte )  -   lu : 174 Fois     Page Spciale pour impression

Astrovoyager_TemporalGravitation.jpg

Et hop, encore un multi instrumentiste solitaire de plus à mon tableau de chasse, hi hi hi…

Cette fois, encore un frenchie, jeune homme originaire de Metz du nom de Philippe Fagnoni. L’originalité de la chose est qu’il s’agit de la "version 2" (d’où la mise au carré du titre, pour les mathématiciens qui nous suivent…) d’un album qu’il a fait en 2003. D’une durée de 45min pour 15 morceaux, il en comprend 7 nouveaux, soit 25min de musique supplémentaires par rapport à la première version du CD. N’ayant pas écouté celui-là, je me bornerai à chroniquer le plus objectivement possible celui-ci, sans à priori quelconque. Ceux qui me connaissent savent mon appréhension face à ce type d’album : trop souvent, un gars, seul avec ses échantillons, bidouille un truc qui lui sied, certes, mais qui est tout bonnement, excusez mes mots crus, de la "branlette musicale" tout juste bonne à ne jamais sortir des 4 murs de sa chambre. Heureusement, il arrive (souvent aussi) que certains artistes géniaux croupissent dans l’ombre de leurs machines, faute de médiatisation. Dans ce domaine, l’ambiant n’a pas grand-chose à envier au progressif, si ce n’est qu’il n’est pas haï, lui, juste méprisé, considéré comme de la musique, au choix, d’ascenseur ou d’illuminé tendance baba. Avec ce disque, Philippe Fagnoni est de plein pied dans ce qu’il convient d’appeler de la musique électronique. Disque sensiblement personnel et (sûrement) à l’image de son auteur (très sympathique, voir son site web), il s’agit de se mettre à la hauteur des meilleurs, que ce soit Jean-Michel Jarre ou Vangelis, pour n’en citer que deux. Ce cd incite au voyage intergalactique, intemporel et envoûtant. L’auditeur est ainsi placé en position de voyageur immobile, gravitant tout autour des circonvolutions électroniques de l’auteur. Cette approche sensiblement douce de maîtrise de l’électronique pour la mettre au service de l’être humain me semble tout bonnement géniale. Ici, on ne cherche pas à vous en mettre "plein les oreilles", ni à vous "jouer le grand jeu", comme le fait maintenant depuis trop longtemps le créateur d’"Oxygène", mais à vous faire pénétrer sans aucune violence dans l’autre monde du silence, celui de l’espace intersidéral… On n’est souvent pas loin d’un autre grand compositeur, qui oeuvra d’ailleurs pour la grande bleue, oui, vous m’avez bien suivi, Eric Serra (qui lui aussi gâche son talent depuis trop longtemps). A l'aide seulement de synthétiseurs, l’unique pilote d'Astrovoyager développe une musique mélangeant thèmes impressionnistes, nappes symphoniques et plages électroniques. Pour éviter les pièges de la musique électronique habituelle, il développe de véritables mélodies, alternant orchestrations intimistes et compositions aux rythmiques ciselées. Un bien bel album, rappelant par moments le "Dream sequencer" de Ayreon (excusez du peu !). Enfin, n’oubliez pas de visiter le site du bonhomme, très bien réalisé et où vous pourrez écouter des extraits de morceaux, commander le cd et écrire à l’artiste : http://www.astrovoyager.org et son blog personnel : http://astrovoyager.blogspirit.com. Merci Philippe.

Renaud "Nasa" Oualid




Retour la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0605 seconde(s)