Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Trettioariga Kriget : Elden Av Ar (2004 - cd - parue dans le Koid9 n°49)

(668 mots dans ce texte )  -   lu : 83 Fois     Page Spéciale pour impression

TrettioarigaKriget_EldenAvAr.jpg

Trettioåriga Kriget est un groupe trentenaire. Mais si, c'est vrai ! Et même plus, puisqu'il a été formé par des djeun's de l'époque, en 70 à Saltsjöbaden, une station balnéaire du sud-est de Stockholm. Car Trettioåriga Kriget est suédois; cela signifie "Guerre de Trente ans" (conflit s'étant déroulé de 1618 à 1648 et ayant impliqué la Suède) dans la belle langue des parpaillots du Nord. Leur discographie est importante (surtout produite dans les 70s), et démarre en 74 avec un album éponyme, à la suite duquel le groupe a beaucoup tourné dans son pays, ce qui leur a valu la reconnaissance immédiate de leur talent musical et de leur originalité.

Leur histoire part un peu en eau de boudin en 80, après une tournée importante incluant notamment une prestation au Roskilde festival (Danemark), puis reprend en 92 avec un album acoustique, et surtout en 96 avec une reformation. "Elden av år" (qui signifie "Les flammes des années") est le premier album studio de Trettioåriga Kriget depuis lors. Une résurrection, en quelque sorte. Bon, tout cela fleure bon les 70s et la Scandinavie reculée… pas d'inquiétude donc si vous n'en aviez jamais entendu parler auparavant.

Par l'intermédiaire de son bassiste et chanteur Stefan Fredin, le groupe se présente lui-même comme étant "le groupe de prog métal scandinave leader au cours des 70s"... pour ce qui est d'avoir été le "leader dans les 70s", je ne sais pas, mais comme "prog métal" j'ai déjà entendu largement plus violent ! Il faut dire que le claviers use et abuse du mellotron, même si la musique de Trettioåriga Kriget reste dominée par les guitares. A noter que quatre seulement des huit morceaux sont des compositions entièrement nouvelles, les autres étant des arrangements de morceaux composés au cours des 70s… mais cela ne dérangera nullement celui qui découvre, de toutes façons. Mi-autobiographique, mi concept, cet album a été conçu dans l'esprit de 1977, et la thématique du temps qui passe, du "nous avons déjà été là dans le temps" et autres "nous avons trouvé notre chemin au travers des flammes des années" constitue sa trame.

Entièrement chanté en suédois, ce qui ne choque pas du tout, cet album demeure puissant même s'il n'a rien à voir avec le speed métal d'un Stratovarius par exemple. La voix, de tessiture baryton, reste en permanence fort agréable.

Le titre d'ouverture démarre sur une batterie plutôt heavy, rapidement soutenue par une ligne de basse bien costaud. On évolue ensuite entre parties complexes et toujours heavy et les guitares acoustiques, un peu sombres. On poursuit avec "nightflight", une ballade très atmosphérique et mélodique. "Lång historia" nous rejoue les séquences du premier morceau, avec une ouverture heavy et un thème bien péchu, qui subit de nombreuses variations. Puis c'est la suite "elden av år" qui s'ouvre, sur le titre éponyme, restant plutôt calme tout du long, de même que "möte" un autre morceau très atmosphérique, véhiculant cependant une grande énergie. Suit "molnbudet", une pièce acoustique et belle, assez brève, contrastant avec le reste. "Nightflight -77" clôt la suite. C'est l'instrumental de 1977 ayant servi de point de départ au second morceau de l'album, mais il en diffère radicalement à l'arrivée. Il a été enregistré à l'époque (77 donc…). On termine avec "gnistor", un morceau bien dans l'esprit du reste de l'album, atmosphérique et sombre. A noter le solo de guitare plutôt sympa.

Oui, j'ai été très agréablement surpris par cet album. Je l'ai vraiment beaucoup apprécié, même (surtout ?) parce qu'il ne s'agit pas de métal tel qu'on l'entend aujourd'hui, avec force double grosse caisse. Un retour réussi pour nos six suédois (puisqu'il convient d'y inclure Olle Thörnvall, qui compose les textes et est membre à part entière du groupe), qui démontrent ici que le bon rock bien péchu, puissant et atmosphérique est éternel.

Benoît Herr




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0281 seconde(s)