Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numro.

Fanni Völgyessy Szomor : Tünder Rozsa (2003 - cd - parue dans le Koid9 n°46)

(835 mots dans ce texte )  -   lu : 90 Fois     Page Spciale pour impression

FanniVolgyessy_TunderRozsa.jpg

Fanni Völgyessy-Szomor (appelons-la simplement "Fanni", on gagnera du temps…) : ce nom imprononçable ne vous dit peut-être rien. Pourtant, vous avez sans doute déjà entendu sa voix. Il s’agit de la chanteuse du groupe hongrois You and I ,adorateur du prog des 70s, et plus particulièrement de Yes.

Diplômée du Conservatoire de Jazz de Budapest en 1991, Fanni a débuté sa carrière de chanteuse avec la musique classique et les chœurs d’église, mais a également chanté en studio et en sessions, avec différents groupes a cappella. Sa palette de possibilités stylistiques est large, et Fanni s’intéresse également à d’autres arts, comme nous le verrons plus bas.

Outre la discographie de You and I, Fanni a enregistré un premier album solo, "Hajnalban" (ce qui signifie "l’aube", en magyar) avec les autres membres de You And I en 1997, qui bien que très teinté d’influences folkloriques, est une sorte de collection de clichés personnels et autobiographiques. "Tündér rózsa" est donc son second album solo, encore plus personnel que le premier. Et, vous l’aurez compris, le principal intérêt de cette galette, c’est bien sûr la superbe voix de Fanni !

Dans sa présentation, l’objet est original, puisqu’il combine un CD à un recueil de poésies (attention, disponible en hongrois uniquement ! Pas facile à déchiffrer, comme langue...) de 50 pages très bien présenté, agrémenté entre autres de nombreuses photos de la belle Fanni. « Je suis avant tout une chanteuse, et l’écriture de ce recueil de poésies est un peu un accident, survenu parce que j’ai ressenti le besoin de coucher mes pensées, mes sentiments et ma souffrance sur le papier. Sincèrement, je n’ai jamais pensé publier ce recueil. Ce sont mes proches qui m’y ont poussée », commente l’artiste.

"Tündér rózsa", le titre de cette œuvre, ne vous dit bien sûr rien, mais en magyar, il s’agit d’un jeu de mots. Écrit d’un seul tenant, cela signifie "nénuphar". On en trouve d’ailleurs un sur la pochette. Mais écrit en deux mots, cela veut dire "l’elfe aux roses". Par analogie, on retrouve aussi dans ce nom une allusion au nom hongrois de la Transylvanie, appelée "tündér ország", c'est-à-dire "pays des elfes" en magyar, et qui, bien que roumaine aujourd'hui, faisait autrefois partie de la Hongrie. C’est de là que vient une bonne partie du folklore hongrois. Et l’autre patrie des elfes, c’est bien sûr l’Irlande.

Ouf, la boucle est bouclée : les sources d’inspiration de cet album sont donc principalement à rechercher dans les folklores hongrois et irlandais. Quand je vous disais qu’il était très personnel !

Il est si personnel que Fanni n’a plus eu recours au talent de ses collègues de You and I pour le réaliser, leur préférant ceux de Zoltán Lengyel et de Péter Pejtsik, deux membres d’After Crying, et du pianiste Károly Binder. Neuf très belles et délicates chansons constituent ce CD d’un peu plus de 40 minutes. Magnifiques et douces, elles sont toutes conçues pour mettre en exergue la splendide et sensuelle voix de Fanni.

L’album démarre sur un poème, lu sur une musique de fond légère, puis la voix de Fanni prend le dessus sur les instruments, dans "márvány az ég alja" (le fond du ciel est en marbre). Après "bánat" (chagrin d’amour) on a droit à une très belle pièce traditionnelle, "the garden", chantée en anglais, celle-ci. Le très reconnaissable violoncelle de l’ami Péter Pejtsik fait merveille, sur les morceaux qui suivent, "szép szivárvány" (bel arc-en-ciel) et "szerelem emléke" (souvenir amoureux), essentiellement basés sur des mélodies au piano, mettant toujours en valeur l’omniprésente voix de Fanni. Puis c’est "imhol elén menek" (où que j’aille), un morceau a capella. Deux autres pièces ("wedding day" et "the bride") sont également des compositions traditionnelles. C’est la reprise de "utazás", une composition figurant sur le premier album solo de Fanni, "hajnalban", qui clôture l’album, avec cette fois un accompagnement au piano et au violoncelle.

En conclusion : hardeux, métalleux et autres gros graisseux adeptes des riffs d’enfer et des rythmes effrénés, passez votre chemin. Voici un album tout en finesse, délicat, féminin… beau, quoi… à contempler autant avec les oreilles qu’avec les yeux. Pour un peu, il y aurait comme des effluves de nénuphar... Si les voix féminines, sensuelles, belles, pénétrantes, les ambiances musicales éthérées doublées d’influences profondément ancrées dans des racines folkloriques plusieurs fois centenaires, les belles mélodies instrumentales sont votre tasse de thé, n’oubliez pas de jeter une oreille sur le nouveau Fanni. Et même si vous ne comprenez pas le magyar, un coup d’œil au recueil de poèmes s’impose, ne serait-ce que pour les photos de la belle, dont la vision ne gâche largement pas le paysage.

Pour obtenir ce CD (qui recherche un distributeur en France) : envoyer un message à bunltd@xs4all.nl, ou contacter "B-Unlimited" au 0031 71 5720005 (c’est en Hollande).

Benoît Herr




Retour la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0435 seconde(s)