Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

John Wetton : No Man's Land (1999 - cd - parue dans le Koid9 n°31)

(820 mots dans ce texte )  -   lu : 98 Fois     Page Spéciale pour impression

JohnWetton_Nomansland.jpg

Les courageux qui suivent la carrière de l'ami Wetton vont se retourner dans leurs cercueils !

Si les derniers opus du survivant crimso-asia- et j'en oublie sûrement... fleuraient bien la pop FM bien policée (oui, je sais, y'en a qui aiment, mais autant allumer la radio selon moi !), ce disque est de la pure progressive comme je pensais l'ami Wetton incapable d'en faire à présent !

Sur les 14 titres de ce disque fleuve (un peu comme mes articles, non ?), tenez-vous bien, il y a 3 titres du roi cramoisi, 3 titres de U.K (si si !), un seul titre d'Asia (merci mon dieu !), le reste étant tiré je suppose de ces opus solos (désolé mais je n'en possède pas l'intégralité, sans façons merci !).

Ceux qui ont eu la chance de voir le groupe l'an dernier à Paris au Théâtre Dunois (hein Phil Val ?) remarqueront que ce disque est aussi en partie enregistré en France, Suisse et Pays-Bas. Peut-être vous entendrez vous beugler "sole survivor" ?

La formation est la même que vous avez pu voir Wetton au chant, basse, guitare acoustique, 12 cordes, grand-piano, Martin Orford claviers, flûte et choeurs, David Kilminster, guitare et choeurs et Steve Christey batterie percussions.

Je ne résiste pas de vous conter ce CD par le menu, c'est parti !

Après une intro classico-guitaristique d'une minute à peine, on entre dans le vif du sujet avec "the last thing on my mind" , morceau assez FM mais qui passe bien en concert car vitaminé à la limite du hard-FM par moment. Ca commence de fort belle manière, les claviers sont bien mixés (heureusement car ils s'agit tout de même de Martin IQ Orford, excusez du peu !), la guitare de David Kilminster (rien à voir avec Lemmy Motorhead, je vous rassure !) est bien hard, mais pas collante ni graisseuse (c'est midi ?), le batteur Steve Christey (Jadis) assure comme une bête, frappe précise et efficace.

"Sole survivor" sera le seul morceau asiatique (ouf!) et il passe très bien en concert comme on le savait déjà, lui aussi sur-vitaminé par le quatuor décidément dans une forme exceptionnelle !

"Book of saturday" est interprété à la guitare acoustique et la voix magique nous envoûte littéralement.

"Emma" suit, très acoustique aussi avec seulement une nappe de claviers et une gratte acoustique. Pas transcendant cependant. Le morceau suivant intitulé "tatras" est intéressant à plus d'un titre car il s'agit en fait d'un solo de piano de toute beauté joué par Martin Orford qui permet de mesurer toute l'étendue de son talent (pour ceux qui en douteraient encore !)

"In the dead of night" (UK) est absolument démentiel, joué à la perfection par ce groupe qui est un des meilleurs que Wetton ait eu depuis des lustres ! L'absence de violon ne se fait absolument pas sentir, les claviers d'Orford remplissant l'espace nécessaire.

"Bygosh!!" quel titre étrange ! commence de façon calme à la 12 cordes et est une espèce d'improvisation qui mène sur l'intro d'"easy money", (K.C) une tuerie de plus à l'actif du groupe ! L'improvisation qu'en donne le groupe est bien dans l'esprit des concerts dur roi cramoisi !

On enchaîne sur "rendez-vous 6:02" (qui ne dure pas 6:02, banane ! c'est l'heure du RV !) grand classique du répertoire UKien et qui est un indémodable superbe !

"The birth of igor" (celui de Yes ?) était inconnu de votre serviteur ainsi qu'"after all" (tiré d'"Arkangel"). Le premier donne à entendre de très jolis arpèges de guitare classique agrémentés de piano et de nappe de synthétiseur. Sympa mais un peu ch... sans l'image. Le second est une chanson comme les compose désormais Wetton, belle mélodie, aucun débordement instrumental, bref du rock FM/AOR type, sur un morceau ça passe, mais l'intégralité d'un album, je crise !

Le CD se conclue comme les concerts par "starless" et "the night watch" deux fabuleux morceaux du roi pourpre. Exécution impeccable, comme d'habitude avec Wetton, ces morceaux concluent avec brio le disque.

Bien sûr, on peut se demander, à l'instar de Steve Hackett par exemple, où se situe l'avenir de John Wetton, devant ou derrière lui !!! En effet, ses meilleures réussites ne sont-elles pas lorsqu'il reprend des morceaux de ses anciens groupes ? Bien sûr, l'avenir nous le dira et je vous conseille donc d'acheter ce CD et de l'écouter pour ce qu'il est (de la bonne musique) et non pour ce qu'il devrait ou pourrait être (de la bonne musique ORIGINALE).

Renaud"ex-machin ex-truc ex-bidule"Oualid





Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0345 seconde(s)