Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Robert Wyatt & Friends : Theatre Royal Drury Lane (2006 - cd - parue dans le Koid9 n°57)

(384 mots dans ce texte )  -   lu : 83 Fois     Page Spéciale pour impression

RobertWyatt_TheatreRoyalDruryLane.jpg

Voilà un album historique. Si vous n’avez pas encore eu l’occasion d’entendre jouer ensemble des musiciens comme Mike Oldfield, Nick Mason, Hugh Hopper, Fred Frith et Robert Wyatt, alors faites preuve de curiosité en jetant un coup d’œil sur "Theatre royal drury lane". Il s’agit d’un concert enregistré en Septembre 1974 à l’occasion de la sortie de "Rock bottom"de Robert Wyatt.

Après une introduction de John Peel et deux titres rappelant le lien avec l’Ecole de Canterbury ("dedicated to you but you weren’t listening" et "memories" composés par Hugh Hopper, alors bassiste de Soft Machine et qui joue ce soir-là avec son ancien compère), Wyatt entame l’intégralité de son chef d’œuvre "Rock bottom" avec "sea song" suivi par les autres titres constituant cet album intemporel. Le titre "little red riding hood hit the road" témoigne d’ailleurs d’un virage immédiat : Wyatt s’échappe de son héritage Canterbury pour libérer une véritable monstruosité sortie d’on ne sait où. La voix de l’ancien batteur de Soft Machine est explosive, la musique est incantatoire et rock à la fois. Même si la version studio de "Rock bottom" dégageait un climat hallucinatoire, celle-ci est humaine et pleine d’une énergie hors du commun qui frise la sauvagerie.

C’est alors que l’on comprend pourquoi les fans essayaient par tous les moyens d’acquérir le témoignage sonore de cette soirée. Jusqu’alors, seuls quelques pirates répondaient à la demande. Celui-ci est un produit officiel reconnu par Robert Wyatt lui même, qui prévient l’auditeur que la qualité sonore laissera à désirer après "mind of a child", une composition de Julie Tippetts. On se retrouve donc avec le final de "Rock bottom" en compagnie d’Oldfield et de Mason, puis un retour sur l’époque Matching Mole ("instant pussy", "signed curtain") et Hatfield And The North ("calyx").

Mais, même avec ses défauts (pas si gênants que cela) "Theatre royal drury lane" restera bel et bien un album indispensable pour les admirateurs et aussi les curieux. A noter pour finir une conclusion marrante avec un "I’m a believer" (composé par Neil Diamond) qui fait ici office de tube commercial, totalement à l’opposé de "Rock bottom" et qui, pourtant était sorti en même temps en 45 tours.

Patrick Robinet




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0529 seconde(s)