Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Tony Joe White : Uncovered (2006 - cd - parue dans le Koid9 n°60)

(534 mots dans ce texte )  -   lu : 86 Fois     Page Spéciale pour impression

TonyJoeWhite_Uncovered.jpg

Franchement, la constipation quand t?as des problèmes d?hémorroïdes, ça aide pas. D?être un gros con non plus d?ailleurs. Quoique si tu pètes plus haut que ton cul, tu risques de te retrouver avec un peu de merde sur les oreilles, ce qui représente éventuellement un début de solution à ta rétention intestinale. Eh Copain, détends toi  ; sois cool  ! Moi, j?suis à l?abri  : ton Derrick, il est garanti 100% pure déconne. Une sorte de laxatif en somme, tellement tes zygomatiques ils travaillent avec moi. Un autre comique dans le genre, c?est le TJW. Je l?ai vu seulement accompagné d?un batteur pour un concert qui relevait plus du foutage de gueule que de la performance musicale. Une heure auparavant, j?avais bouffé un camembert braisé  : ça te garantit une protection maximale contre les moustiques. T?as qu?à ouvrir la gueule  ; pas besoin de répulsif. Ici à Tahiti, ça fait fureur  ; le seul à s?être rappliqué, c?est mon camarade Progster. Quelque chose me dit que je lui manquais beaucoup au boss  ; du coup, j?te l?ai vu un matin à l?aéroport avec son petit collier de tiare Tahiti autour du cou. L?était émouvant le divisionnaire. M?avait apporté "Uncovered" de notre ami-ricain (le jeu de mots qui tue  !). Un disque avec des musiciens dedans  ; pas comme en concert. Ca change la donne et comme on dit par ici  : "c?est ça qu?est bon  !". Le bonhomme, il assure depuis des lustres et nous livre de nouvelles compositions assez régulièrement. C?est encore le cas aujourd?hui, deux ans après le très réussi "Héroïnes". En fait, l?a pas eu à trop se creuser le ciboulot car l?a appliqué la même recette qu?auparavant, à savoir inviter d?autres gus vachement connus à venir pousser la chansonnette ou gratter un petit solo de guitare en sa compagnie. Moralité, tu écoutes un disque que dedans lequel tu retrouves pêle-mêle JJ Cale, Eric Clapton, Mark Knopfler, Michael McDonald ou Waylon Jennings (post mortem). Et ça vaut quoi tout ça  ? J?te surprends si j?te dis que c?est du bon  ? Dans le mille Emile  ! Encore gagné le papy du bayou (et pas le pipi du Bayrou). T?as le droit à du blues, swamp et plutôt accessible, un peu de rock et roule ma poule  ! Tout ça sent son habileté à des kilometres ("did somebody make a fool out of you", "rebellion", "keeper of the fire"). On se dit même qu?en concert ça doit donner un max  ; sauf que soit le gonze il est radingue, soit les caisses de son promoteur sont vides (pas les miennes, un vrai poison anti moustiques et autres nonos, certains de mes voisins ont même crû qu?on avait repris les essais à Mururoa). Toujours est-il qu?un soir tu vois débouler le TJW sur scène avec un seul batteur pour une prestation plus proche de la répétition que du show men (chao men, plat tahitien). Il est grand temps de clore cette élucubration mais faudrait quand même que j?pense à t?entretenir à propos des frangines du coin qui te réservent bien des surprises. Nana et bonjour chez toi  !

Derrick




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0417 seconde(s)