Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numro.

Azigza : Kriyâ (2005 - cd - parue dans le Koid9 n°53)

(312 mots dans ce texte )  -   lu : 166 Fois     Page Spciale pour impression

Azigza_Kriya.jpg

Quelle magnifique invitation au voyage proposée par ce groupe de San Francisco, qui avait provoqué une grosse surprise au festival Progfest en 1999 pour sa musique qualifiée de "symphonic trance rock", fusion ethnique particulièrement rythmée et entêtante. L'année suivante paraît leur premier CD éponyme, et en 2003 le présent disque (bonjour la distribution !). Les quatre musiciens qui composent le groupe sont tous des multi-instrumentistes, ce qui contribue à sa richesse musicale. Qu'on en juge : guitares, basse, violon électrique, harpe, flûte, sitar, xylophone (gangsa balinais) et percussions exotiques très diversifiées (tablas, djembe, def, congas, oud, târ, cloches tibétaines) sont au menu, complétés par le chant des invité(e)s. Le résultat est un mélange parfaitement abouti de rock progressif, de musiques ethniques de provenances diverses, et de musique contemporaine, exécuté en 7 morceaux (de 5 à 14 minutes) dont 3 suites. La démarche est à rapprocher de celle du groupe suédois In the Labyrinth, même si le style d'Azigza est à la fois plus pêchu et plus complexe. Le premier morceau présente ainsi une coloration africaine, alors que le second et le sixième sont plutôt indiens et le cinquième inspiré du folklore bulgare. Le troisième morceau est quant à lui carrément expérimental, et les quatrième et dernier reposent sur des motifs hypnotiques en boucle évoquant par moment Magma, mais avec une touche arabe. Cette diversité fournit un fond exotique sur lequel les différents instruments peuvent s'exprimer pleinement, créant une alchimie grisante. Cette musique possède une grande cohérence et dégage une énergie phénoménale grâce aux percussions omniprésentes et sophistiquées. Elle est subtile, ensorcelante et surtout révélatrice de la forte personnalité du groupe. Ce CD, fortement déconseillé au amateurs exclusifs de néoprog, est d'ores et déjà dans le top 10 de l'année.

Bruno "le cri du zigzag" Dassy




Retour la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0393 seconde(s)