Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Zeittamu : Miroque (2007 - cd - parue dans le Koid9 n°62)

(442 mots dans ce texte )  -   lu : 99 Fois     Page Spéciale pour impression

Zeittamu_Miroque.jpg

6 albums déjà depuis 1989, si l'on compte le live de 1990, Zettaimu est surtout le groupe de Hisashi Furue dont il est le guitariste, le clavier et l'ingénieur. Il est parfois aidé aux compositions par Tomoyuki Ohnishi (basse, claviers) ; La voix est assurée par Kanaka, la batterie par Michinobu Matsuhashi (à vos souhaits !!).
Enregistré de septembre à décembre 2006, ce projet a été masterisé par Dani, comme d'hab et propose 9 morceaux pour un peu moins de 49min.
Cela démarre vraiment avec "I dont need anything else" (6'45). Kanaka vous l'aviez deviné est une femme et sa voix est plutôt agréable, peut-être un peu plus grave que ses consoeurs. Le morceau est un tempo lent, et s'il n'y a aucun instrument traditionnel, les guitares concourent à nous plonger au milieu d'un jardin où l'on déclame une histoire d'amour.
Furue est un amoureux de cordes tirées et la guitare acoustique constitue souvent l'ossature de la musique. "Anyone is loved by someone" (6'20) est encore un tempo lent où il est vrai que si les voix japonaises vous rebutent, il vous faut passer votre chemin.
"Time like an arrow" (4'50) est une reprise du 2ème album de 98. Plus enlevée, elle possède un rythme dynamique et les lignes mélodiques sont très entraînantes elles aussi. La voix, un peu trop présente, gagnerait à laisser respirer la musique.
"Jennifer" (4'58) lorgne vers la chanson façon LiliDrop ou Rita Mitsouko, Furue y faisant entendre son intéressant timbre. Les parties de guitares sont bonnes mais le tout est lent, tout comme avec "sharan" (5'36), c’est le principal défaut du disque. En fait, tout est souvent trop lent, et chaque morceau possède 2 ou 3 minutes qui se répètent. La recette se révèle être toujours la même. A 3'50, je ne sais si Kanaka a eu un orgasme mais elle se mue en une Kate Bush satisfaite de plaisir sous l'impulsion d'une guitare et d'une batterie qui ont pris les "choses" en main. Mais pourquoi ne chante-t-elle pas toujours comme ça.
"Icarus" (4'35) : si j'osais, je dirais que ce truc serait du vieux Police, dépouillé, c'est le meilleur du CD.
"Red moon" (8'00,) le prologue du même nom, tient son prolongement avec cette 2è partie qui fait office d'épilogue. La voix est ici superbe, le tout est bien fait, mon préféré avec "icarus".
Quoiqu'il en soit, cet album qui, pour une fois ne porte aucune trace de jazz-rock, est loin d'être indispensable. Seuls les amateurs de voix nippones et d'atmosphères dépaysantes et reposantes y trouveront matière à satisfaction. Pourtant…

Bruno Cassan




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0328 seconde(s)