Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numro.

René Aubry : Seuls Au Monde (2003 - cd - parue dans le Koid9 n°48)

(623 mots dans ce texte )  -   lu : 280 Fois     Page Spciale pour impression

ReneAubry_SeulsAuMonde.jpg

René Aubry est un musicien français méconnu et définitivement à part. Il est bien rare que deux albums se suivent et se ressemblent. Ce fut le cas pour les deux albums entièrement acoustiques "plaisir d'amour" et "invités sur la terre" mais c'était certainement là une exception. "Seuls au monde" ouvre de nouvelles perspectives au musicien tout en perpétuant quelques échos de toute son œuvre passée. En résumé, Aubry fait de nouveau appel aux synthétiseurs (programmés et toujours avec ces timbres orchestraux étonnants de réalisme, entre autres) mais il a aussi intégré pour la première fois quelques parties de guitare électrique (jouées par lui et par son fils sur 5 morceaux). Rien de très virtuose à ce niveau, plutôt quelques accords ici et là, des effets sonores et quelques solos… acides. Cela surprend chez lui. L'autre innovation est d'ordre musical car plusieurs morceaux intègrent des influences de musique orientale et de musique indienne (avec des titre comme "paris-madras" on pouvait s'en douter !). Cependant, bien des facettes du répertoire du multi-instrumentiste parsèment ce disque assez long (plus de 63 mn), qui est composé de 14 titres allant de 2:15 à 7:10.

Globalement, c'est un album sombre, à l'image de la pochette digipack sans nom ni titre, presque noire, où se devine la silhouette d'une statue de bouddha. Même si quelques thèmes sont plus "légers", il se dégage de la plupart des morceaux une impression de tension. Il s'agit comme souvent chez Aubry, d'une musique écrite en grande partie pour un spectacle, celui de Philippe Genty "Ligne de fuite" (plus un morceau écrit pour un film, "12 septembre").

René Aubry continue toujours de mélanger des instruments très divers dans ses arrangements et de puiser à des sources d'inspiration variées, issues de divers pays, qu'il fait se rencontrer au détour de ses morceaux profondément personnels.

Les différents folklores (Grèce, Europe de l'Est, Italie, et maintenant Inde, Moyen-Orient, etc.) côtoient des traces de musiques plus contemporaines (Philip Glass par exemple). René est toujours aux guitares, mandoline, bouzouki, cymbalum et quelques vocalises, programmations synthés, harmonica, percussions. On peut aussi entendre des instruments tels que sitar, flûte, accordéon, piano, tuba (mais pas pour des airs de fanfare, pourtant) qui ne sont pas crédités et proviennent probablement d'échantillons programmés, comme c'est le cas pour quelques parties vocales orientalisantes.

Si plusieurs thèmes sont très accrocheurs comme la gentille mélodie de "chaloupée" qui rappelle les deux albums précédents, ou encore le final "uniques au monde" avec son choeur d'enfants échantillonné, "Seuls au monde"' est plutôt un disque d'ambiances, climatique et parfois, on reste un peu sur sa faim en attendant que les morceaux décollent, ce qui n'arrive pas si souvent, Aubry préférant procéder par addition de couches successives (une idée assez contemporaine que Tangerine Dream et Klaus Schulze ont largement développé). Il ne faut pas non plus oublier qu'il s'agit de musique partiellement créée pour accompagner un spectacle. Mais pour peu qu'on veuille y prêter toute l'attention nécessaire, on s'aperçoit qu'il y a bien des motifs mélodiques plus ou moins cachés à découvrir tout au long de cet album, des harmonies inhabituelles. S'il ne possède pas le charme très accessible de ses 2 prédécesseurs, "Seuls au monde" n'en est pas moins novateur et intéressant, certainement progressif au sens large du terme, pour ses structures et ses mélanges très originaux, ses sonorités issues d'un esprit particulièrement imaginatif et versatile.

Aubry fera quelques concerts en 2004, notamment à Paris au début du mois de mars, probablement avec l'aide d'autres musiciens comme ce fût le cas ces dernières années.

Marc Moingeon




Retour la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0349 seconde(s)