Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Bigelf : Cheat The Gallows (2008 - cd - parue dans le Koid9 n°72)

(364 mots dans ce texte )  -   lu : 139 Fois     Page Spéciale pour impression

BigElf_CheatTheGallows.jpg

Ou? J'AIME PAS LES PROMOS (part 1)  ! En effet dès réception de ce CD je me suis soudain souvenue la raison pour laquelle je n'en chroniquais plus  : photocopie couleur de la 1ère page du livret et basta, démerde-toi avec ça  !

Dans le cas présent pas de bio non plus  : sont-ce toujours les mêmes membres dans le groupe  ? Résultat si on est un tant soit peu consciencieuse et soucieuse de faire correctement son boulot pour lequel on n'est pas payée, y'a plus qu'à aller à la pêche sur le net  !
Cela m'aura au moins permis de comprendre pourquoi je n'avais plus de nouvelles de ces losangelessiens (que bizarrement, vu leur look "stoner" pas trop en rapport avec leur style musical, je m'imaginais scandinaves)  : ils n'ont rien sorti depuis "Hex" en 2003  ! "Cheat the gallows" n'est finalement que leur 4ème album depuis 1996, je n'ai donc rien loupé de leur évolution.

Et en 5 ans (l'album est de 2008), l'évolution semble les avoir conduits à vouloir réaliser leur "Sgt Pepper" à eux  ! Bien sûr musicalement, quand la machine à riffer se met en branle on pense immanquablement à un Black Sabbath métissé d'un Deep Purple pour l'orgue, mais l'approche des mélodies vocales vient tout droit des Beatles période bleue quand ce n'est pas à Bowie, période Ziggy.

Damon Fox et ses amis se sont, me semble-t-il, ingéniés à nous en mettre plein la vue rajoutant ici des cuivres, là encore des violons dans ce qui me paraît être un concept album (à confirmer par ceux qui ont le livret complet?). Le pari est réussi, l'épique final nous renvoie même au Queen de "bohemian rhapsody".

Toutefois ce CD me laisse un arrière-goût curieux  : l'impression d'avoir déjà écouté cela dans une vie antérieure, et ce malgré l'originalité du mélange.

En résumé  : brillant, impressionnant et superbe, mais le côté grandiloquent pour ne pas dire un rien pompeux de l'ensemble frise l'overdose.

Laure Dofzering

PS  : pour "J'AIME PAS LES PROMOS (part 2)", rendez-vous en fin de magazine  !




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0536 seconde(s)