Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Blackfield : Nyc - Live In New York City (2007 - dvd - inédit (non parue dans le Koid9 papier))

(421 mots dans ce texte )  -   lu : 135 Fois     Page Spéciale pour impression

Blackfield_NYC.jpg

Au printemps dernier, Steven Wilson a traîné son ampli BadCat, son ami Aviv Geffen et le reste de ce qu'il faut désormais considérer comme un vrai groupe, Blackfield, aux États-Unis. Le 16 mars, ils étaient au Bowery Ballroom de New York, NY. Ce DVD contient l'intégralité de ce concert, c'est-à-dire la quasi totalité du second album (seul un titre, "This Killer", manque à l'appel) et une bonne partie du premier, dont l'excellent "Blackfield". Curieusement, Blackfield nous joue ici également un cover de "Thank You", de Alanis Morrisette. Pourquoi pas, après tout ? Nous sommes sur le continent américain et le Canada n'est pas très loin.

L'entrée en scène des musiciens, sur un rythme martelé à la batterie, est sympa et met tout de suite la qualité du son en valeur. Comment le son pourrait-il autrement qu'excellent, connaissant Steven Wilson ? Côté image c'est assez similaire qualitativement.

Le show, en revanche, ne réserve aucune surprise. Il est des plus classiques et ressemble à s'y méprendre à celui du Café de la Danse en début d'année. Pas de lights extraordinaires, même s'ils sont très sympa, pas d'effets de scène particuliers, pas d'effets non plus au niveau de la vidéo. En gros, le groupe nous déroule sa pop/rock policée, très propre sur elle et agréable comme si on y était et Aviv Geffen, au maquillage outrancier, finit le set torse nu, comme à son habitude. C'est le très beau et atmosphérique "Cloudy Now" qui clôture le concert, au bout de 90 minutes pile. On dirait que c'était calculé, dis-donc...

En conclusion, voilà un DVD très agréable à regarder bien calé dans son fauteuil si on est dans l'impossibilité d'assister au concert (ou trop feignant !). Mais dans l'absolu, en live c'est quand même beaucoup mieux et tous les systèmes de stockage et de reproduction du monde ne remplaceront jamais le son brut de l'ampli BadCat de Steven ou celui de la guitare acoustique d'Aviv...

Quelques vidéos promotionnelles de Lasse Hoile viennent s'ajouter en bonus. Cerise sur le gâteau.

À considérer comme un ersatz de vrai concert

Benoît Herr

NB: chronique parue également dans Crossroads et différente de celle parue dans Koid9 n°64 rédigée par Michael Fligny

Site du groupe




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0336 seconde(s)