Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numro.

ADN : Prélude (1999 - cd - parue dans le Koid9 n°31)

(424 mots dans ce texte )  -   lu : 166 Fois     Page Spciale pour impression

Adn_Prelude.jpg

Vous en aviez certainement déjà entendu parler, ADN est ce groupe francilien qui a déjà fait parler de lui lors de concerts. Le bouche à oreille a apparemment bien fonctionné car j'avais déjà entendu le plus grand bien d'eux avant la parution de leur première "carte de visite".

Cinq musiciens, six invités jouent sur ce long CD composé de six titres, deux courts (3'03 et 4'25), les autres étant respectivement de 8'48, 12'40, 14'33 et 23'30 pour la suite clôturant l'album.

Présentons les musiciens : Didier Pègues à la batterie et choeurs, Philippe Bénabès aux claviers et orgue hammond, Pascal Mocaër à la basse, Eric Savarino aux guitares et S.Fred aux chant, piano, claviers, basse additionnelle et flûte.

Ils sont aidés de trois guitaristes invités, un trompettiste et une violoniste.

Si la musique délivrée sur ce premier opus est indéniablement d'obédience néo-progressive (tendance Pendragon, Marillion), le groupe n'a de cesse de dépasser ce registre forcément limité et de nous proposer un menu des plus alléchant.

Ainsi, les passages floydiens (avec bruitages et tutti quanti) sont des plus nombreux et fort bien venus tandis que le violon ou la trompette apportent des touches classisante/jazzy originales. Le chant se décline en français sur deux titres (tendance Pascal Obispo pour la voix, les textes sont très poétiques) et pour le reste en anglais, avec un très bon accent et un feeling parfait (on dirait vraiment un anglais, bravo !).

Sans vouloir forcément détailler les instruments, sachez que la section rythmique est des plus correcte même si elle ne recherche pas l'originalité à tout prix apparemment. C'est surtout les claviers et les guitares qui attirent l'attention, fils conducteurs des morceaux. Le violon occupe aussi une place très importante dans le son du groupe, qui devrait songer à intégrer la violoniste (Elise Bruckert) dans le groupe. Les bruitages sont aussi très importants pour le son d'ensemble du groupe, fortement influencé par le flamant rose à ce niveau !

Vraiment, je vous conseille de donner sa chance à ce petit nouveau dans le monde très fermé du prog', je les sens capables du meilleur sur un second CD.

Ah au fait, la pochette, concoctée par Didier Pègues et Christian Deron (logo) est très jolie, peinture sombre collant bien à la musique délivrée.

Renaud"où est mon test d'ADN ?"Oualid




Retour la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0313 seconde(s)