Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numro.

Patrick Broguière : Mont Saint-Michel (1998 - cd - parue dans le Koid9 n°27)

(318 mots dans ce texte )  -   lu : 119 Fois     Page Spciale pour impression

PatrickBroguiere_MontStMichel.jpg

Alors que l'on pouvait attendre ce troisième album chez Musea, qui avait sorti "Brocéliande" et "Icônes", c'est chez MelIow Records que "Mont Saint-Michel", enregistré depuis plusieurs mois déjà, a finalement trouvé support. Les albums de Patrick Broguière ont en commun la volonté d'offrir un lieu de rencontre à différentes formes d'art. Sur ce CD, trois de ces formes se sont associées pour célébrer un haut lieu du patrimoine historique français : la musique, bien sûr, mais aussi la littérature, par les textes du livret signés Nathalie Hureau, et la peinture, par les magnifi­ques miniatures "gothiques" d'Hervé Thibon, aux textures fouillées et aux couleurs vives auxquelles le livret rend justice. Chaque morceau illus­tre un tableau (au sens théâtral ou pictural) d'inspiration médiévale. Si l'al­bum débute par ses mélodies les plus "faciles" ("Mont Saint-Michel", "le doigt de l'archange II"), l'écriture devient rapidement plus sophistiquée, s'appuyant sur une large palette d'instruments électriques ou acoustiques. Contrairement à "Icônes" qui souffrait un peu de son côté disparate (voulu, je pense), "Mont Saint-Michel" possède une véritable cohérence que l'on découvre un peu plus a chaque écoute. La démarche est proche de celle d'un Mike Oldfield, inspiration que l'on retrouve à plusieurs reprises dans l'instrumentation ("la crypte des gros piliers", "thème du pèlerin"). Parmi les passages particulièrement réussis, je noterai l'émouvant piano de la seconde partie de "la crypte, les progressions harmoniques très progressives de l'orgue de "une nuit dans l'abbaye" et de "gargouilles", la tension de "sables mouvants" ou encore "immensi tremor oceani", final majestueux de cette fresque musicale. A l'instar de XII Alfonso ou de Jean-PascaI Boffo (on pense parfois à "Rituel"), Patrick Broguière propose une musique chargée d'images, délicate et sans esbroufe. il signe là son meilleur album, même si je sens qu'il ne nous a pas encore livré son grand oeuvre.

Jean-Luc Putaux




Retour la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0431 seconde(s)