Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

California Guitar Trio : Cg3+2 (2002 - cd - parue dans le Koid9 n°44)

(435 mots dans ce texte )  -   lu : 136 Fois     Page Spéciale pour impression

CaliforniaGuitarTrio_CG3+2.jpg

Les aléas de la distribution ne cesseront jamais de surprendre. Après King Crimson chez Sanctuary, Le label des vieilles gloires du heavy metal fondé par le management de Iron Maiden, ce sont les poulains de Robert Fripp que l’on retrouve sur Inside Out, le label de prog-metal européen. Après quatre ans de silence discographique (du moins en ce qui concerne le travail en studio) ils nous reviennent avec une formule "plus bifluorée", le +2 étant constitué de Tony Levin (un ex- King Crimson qu’il est inutile de présenter) aux fréquences graves et de Pat Mastelotto (actuellement batteur de King Crimson): décidément on reste en famille. Avec de pareils noms, aucun doute n’est possible sur l’efficacité de la rythmique qui apporte indéniablement un plus (voire 2, c’est le cas de le dire…) aux 18 cordes déjà présentes.

Comme à leur habitude les 12 compositions (et 2 reprises) entièrement instrumentales de ce nouvel opus abordent avec intelligence des styles aussi divers que variés. Il faut dire qu’en réunissant Paul Richards, un américain plutôt versé dans le jazz et le rock, Bert Lams venant du classique et accessoirement de Belgique et enfin Hideyo Moriya, un japonais adepte de surf-music, on obtient un trio assez atypique reliant trois continents musicaux. C’est pourquoi ils n’hésitent pas à explorer des territoires parfois antagonistes au sein d’un même titre. Une trame surf-music plombée de citations de riffs de King Crimson dans "zundoko-bushi", une reprise de "dance of Maya" tirée du premier Mahavishnu dont une slide-guitar furibarde accentue l’aspect heavy-blues en sont de parfaits exemples.

Tout cela contribue à élaborer une musique étonnante où les guitares majoritairement acoustiques dialoguent, échafaudent des structures alambiquées ou construisent des paysages sonores que ne renierait pas le maître Fripp. Jazz et country-rock côtoient la musique orientale alors que le blue-grass fricote avec le folklore d’Europe centrale et l’ambient dans un album dont le millésime s’avère être un grand cru de la production du CG3. Même le fan de "progressif classique" y trouvera son compte avec leur superbe version du "heart of the sunrise" de Yes minutieusement arrangée avec une rythmique exemplaire.

Un album de guitare instrumentale de plus ? Pas tout à fait car là encore, bien que le niveau de virtuosité soit élevé, mélodie et surtout émotion restent palpables tout au long de ses 65 minutes. Pas de plans "prise de tête", une musique qui coule de source…

Mais !… Foncez ! C’est pour vous !!!

Eric Verdin




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.026 seconde(s)