Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Carptree : Superhero (2003 - cd - parue dans le Koid9 n°46)

(444 mots dans ce texte )  -   lu : 124 Fois     Page Spéciale pour impression

Carptree_Superhero.jpg

Sorti de nul part, ce disque est… extraordinaire! Un don des dieux. J'aurais aimé garder ce bonheur pour moi, ne pas le partager mais je n'ai pas le choix. "Superhero" est le second album des suédois de Carptree. Ce groupe m'était totalement inconnu jusqu'à ce que ce disque débarque dans ma boîte aux lettres. Carptree est en fait un duo, Niclas Flinck chanteur et Carl Westholm claviériste, qui, entouré d'une pléiade d'invités rassemblés sous le nom de No Future Orchestra, dispense une musique faite d'ambiances feutrées qui touchent au plus profond de l'être. Elle dégage une telle sensualité, un tel romantisme que ce disque en devient troublant. La musique est dominée par les claviers, le piano le plus souvent, et les arrangements orchestraux ajoutent à l'ensemble une touche émotionnelle qui fascine, envoûte et embrasse. Puis il y a la voix de Niclas Flinck. Une voix sensible, suave. Une voix qui rappelle beaucoup de souvenirs. Cette voix c'est celle de Fish et de Peter Gabriel réunis ! Suivant les intonations, elle fait penser également à celle de Chicco Grosso (Ines). Tout ceci pour vous dire que Niclas Flinck possède une voix sublime, délicate, d'une justesse remarquable. Contrairement à celle du chanteur de Jack Yello (lire chronique plus loin), qui œuvre dans le même registre. Ici, elle est vecteur d'émotions. Et ce disque en regorge. Carptree développe une musique aérienne, vaporeuse, au sein de laquelle les mélodies (toutes plus sublimes les unes que les autres) semblent flotter. Puis sans que l'on s'y attende vraiment, cette même musique qui génère tant d'ambiances éthérées est prise de soubresauts, de sautes d'humeur, elle monte en pression puis explose (un peu à la Anekdoten). Sur scène cela doit être quelque chose. En écoutant ce disque, je ne peux m'empêcher de penser à H (Steve Hogarth). Allez savoir pourquoi. Sans doute parce que l'on y retrouve les même sensations. A Marillion aussi, pour les atmosphères qui se dégagent. Le propos est proche d'une certaine forme de pop. Une pop sophistiquée. Avec des moments que le Gab lui-même n'aurait pas renié. C'est drôle parce qu'au final, j'ai le sentiment d'avoir entre les mains le disque d'un futur grand, encore faudrait-il qu'un effort de promotion soit fait. Disons que je me plais à le croire et je croise les doigts. Carptree ne plagie pas, ils ont leur propre univers. J'ai envie de crier au chef d'œuvre. Alors laissez-moi ce plaisir… Ce disque est un chef d'œuvre !!! Mon disque de chevet avec celui de Spectrum. Le bonheur vient de Suède… pas de Boston.

Denis Perrot




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0787 seconde(s)