Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Cast : Laguna De Volcanes (2001 - 2 cd - parue dans le Koid9 n°47)

(367 mots dans ce texte )  -   lu : 122 Fois     Page Spéciale pour impression

Cast_LagunaDeVolcanes.jpg

Pfff… encore un album de Cast. Et encore le même prog symphonique au kilomètre, bourré des claviers d’Alfonso Vidales nous faisant des démonstrations de virtuosité, me direz-vous…

Et bien détrompez-vous.

Ce double album quelque peu passé à l’as est sorti en 2001, à la même époque que "Legacy". Mais à la différence de ce dernier, "Laguna de volcanes" apporte quelque chose de neuf : après neuf albums studio chantés en anglais, le groupe a décidé d’opérer un retour aux sources et a traduit ses textes dans sa langue natale, l’espagnol, ce qui apporte une certaine chaleur aux compositions. Et contrairement à son habitude de production sur son propre label, la réalisation de ce double CD a été confiée à l’Asociazione Culturale Area Rock, une association italienne ayant notamment organisé la "Progvention" italienne, le 21 septembre dernier, avec Yleclipse, Malibran et Deus ex Machina, et qui lance son propre label, Rock Revelation.

Bénéficiant de nouveaux arrangements, ce "Laguna de volcanes" est plus qu’une simple compilation d’anciens titres. On y trouve des extraits de nombreux albums antérieurs à "Al-bandaluz", c'est-à-dire de la période d’avant le schisme, comme "Endless signs", "Four aces", "Angels and demons", "Third call" ou encore "Imaginary window". Seul "Sounds of imagination", qui comporte des enregistrements assez anciens, datant de 1985, n’est pas représenté. Sur 20 titres au total, et plus de 140 minutes d’écoute, Cast nous distille son néo-prog résistant à l’épreuve du temps. A noter la présence sur "Laguna de volcanes", de deux titres de "Clavico", un album solo d’Alfonso Vidales.

Bref, je tenais à signaler l’existence de ce double CD, car dans la jungle des albums de Cast souvent l’amateur de prog se perd, et, au final, se voit obligé de renoncer. Et c’est bien dommage de renoncer quand on sait ce que recèle cet album ; même si sur le plan vocal il n’est pas très représentatif de l’œuvre de Cast pré-2001, du fait du chant en espagnol, il l’est musicalement, et brosse toutes les époques jusqu’en 2001. Idéal, pour découvrir le groupe.

Benoît Herr




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0483 seconde(s)