Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

21st Century Schizoid Band : Live In Italy - Official Bootleg Volume 3 (2003 - cd - parue dans le Koid9 n°48)

(440 mots dans ce texte )  -   lu : 234 Fois     Page Spéciale pour impression

21stCenturySchizoidBand_OfficialBootlegVolume348.jpg

Appelé "volume three", cet album est en fait le second CD disponible en Europe de ce groupe né en 2002… le second opus par ordre chronologique, intitulé "Live at Koseinenkin Kaikan, Tokyo 11/5/2002" étant en fait un double CD-R distribué au seul Japon, il était logique d'appeler celui-ci "volume three"! Pas simple, déjà, pour démarrer. Enfin, j'espère avoir été clair tout de même…

On peut raisonner avec ce "Official bootleg volume three" par différence avec le "Official Bootleg - Volume 1", de l'an passé :

Déjà, il s'agit d'un vrai Live, contrairement à l'autre, qui était un "Live Studio" enregistré trois jours avant leur première prestation scénique. Le présent a été enregistré à Sarzana en Italie (d'où son nom…) le 20 mars 2003.

Il se distingue ensuite bien sûr par la présence Ian Wallace en remplacement de Michael Giles à la batterie et aux "backing vocals".

Il s'agit ensuite d'un album du 21st Century Schizoid Bans, et pas uniquement de reprises de morceaux de King Crimson. En fait, il s'agit d'un vrai concert, avec une intro ("Schizoid Intro") suivie de "A Man, A City", puis de "Let there be light", un morceau tiré de l'album solo de Ian McDonald, "Driver's Eye", que l'on doit à Ian McDonald bien sûr, mais aussi à Pete Sinfield. S'enchaînent ensuite "Court of the Crimson King", "Ladies of the Road", une improvisation débouchant sur "Sailors Tale" et enfin, un extrait de 4'30" du fameux "Birdman"… tiens, revoilà l'ombre de Pete Sinfield

La partie Live se termine par le superbe "epitaph", et on a droit ensuite à un vrai nouveau morceau, un original du "Schizoid Band", dans sa version studio, ce qui est assez surprenant puisqu'ils le jouent sur scène.

L'enregistrement de cette bonne heure de 21CSB est d'une qualité allant de plus que correcte à très bonne.

Dernière différence : on note l'absence remarquée du fameux "21st Century Schizoid Man", qui clôture pourtant tous les concerts du groupe. Une manière sans doute de prendre un peu de distance et d'affirmer un peu mieux son existence propre. Car je n'hésite pas à l'affirmer, cet album préfigure ce que sera le 21st Century Schizoid Band lorsqu'il aura fini de se chercher, et que le grand Pete Sinfield l'aura réellement marqué de son empreinte.

Disponible uniquement aux concerts du groupe, cet album l'est désormais aussi, comme son petit frère, en exclusivité sur Burningshed (http://www.burningshed.com/).

Benoît Herr




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0587 seconde(s)