Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Colosseum : Tomorrow's Blues (2003 - cd - parue dans le Koid9 n°50)

(375 mots dans ce texte )  -   lu : 109 Fois     Page Spéciale pour impression

Colosseum_TomorrowsBlues.jpg

Dans la série des papys inoxydables du monde du progressif, voici venir les très anciens Colosseum, aussi vieux que leur nom latin le laisse présager. Pour tout dire, l?apogée de la carrière de ce groupe flamboyant, peut être placée en l?année 1971 (après J.C. quand même  !)  , lors de la parution du célébrissime "Live", disque essentiel qui doit figurer dans toute discothèque digne de ce nom.

Le rock progressif, psychédélique et énervé de ces anglais bruyants se transforma en un jazz rock élaboré (encore un groupe pour lequel les étiquettes sont inaproppriées) au cours des 70?s, sous la houlette de Jon Hiseman et l?on vit même Gary Moore tenir la guitare sur l?album "Wardance"...

Silence et dissolution pendant une bonne quinzaine d?année, puis reformation du groupe aux débuts des 90?s (période très faste de reformation des groupes de dinosaures) avec notamment un excellent album en public "Live 1994".

J?avais retrouvé avec plaisir le groupe avec le CD "Bread & circuses" (du pain et des jeux, tout le programme culturel des romains d?il y a 2000 ans), disque sympathique mais peu enflammé pour du Colosseum.

"Tomorrow?s blues" est sorti l?année dernière et bénéficiait du line-up de la grande époque (Dave Greenslade, Chris Farlowe, Clem Clempson, Jon Hiseman, Dick Heckstall-Smith) bref, que du beau monde qui s?applique ici à nous délivrer un album de blues (!). Alors, très consciencieusement, j?ai écouté l?ensemble de ce disque, pour savoir si Colosseum avait osé des reprises iconoclastes de standards, à la sauce survitaminée propre au groupe, et j?ai été méchamment déçu. Il s?agit bien de titres sympathiques, assez vivaces, pleins de "groove" comme on dit maintenant, avec des cuivres omniprésents, une guitare virevoltante, tout ce qui fait un bon album de blues?

Alors, il est où le problème  ? Ben, du blues de papys, joué par des papys, c?est bien agréable mais on attend bien autre chose de ce groupe autrefois novateur et décoiffant. Rien de progressif, aucune prise de risque, aucune performance instrumentale à l?horizon, c?est mou et sans feeling. L?album de trop  ?

La mauvaise surprise du trimestre en tous cas.

Note : 1/5

Dominique Reviron




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0297 seconde(s)