Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Consortium Project 3 : Terra Incognita - The Undiscovered World (2003 - cd - parue dans le Koid9 n°48)

(441 mots dans ce texte )  -   lu : 106 Fois     Page Spéciale pour impression

ConsortiumProject_TerraIncognita.jpg

Amateur de prog-métal musclé, cet album est pour toi ! Après deux premiers opus fortement appréciés et parus respectivement chez Inside Out pour le 1er ("Criminals and kings") et chez Locomotive Music pour le 2ème ("Continuum in extremis"), Ian Parry décide de sortir le 3ème volet de son Consortium Projet sur Century Media. Ne nous inquiétez pas, Consortium Project n’a pas viré métal extrême ! Au contraire, tout en étant très percutante, cette 3ème partie est plus "symphonique" et "progressive" que les deux précédentes. "Terra incognita" se situe à mi-chemin entre Star One d’Arjen Lucassen et Avantasia de Tobias Sammet (écoutez-moi donc l’épique éponyme qui conclut l’album et vous m’en direz des nouvelles…). Corsortium Project s’est concentré autour de Ian Parry (chant et chœurs, ex Vengeance, Ayreon, Hammerhead et actuel Elegy), Casey Grillo (batteur de Kamelot), Jan Bijlsma (bassiste de Vengeance), Stephan Lill (guitariste de Vanden Plas) et Joshua Dutrieux (claviériste d’Elegy). Exit tous les intervenants de luxe : si notre compatriote Patrick Rondat et l’énormissime Arjen Lucassen ne sont plus de la partie, le projet, plus cohérent, s’en trouve paradoxalement renforcé. C’est globalement assez speed et puissant, mais il y a énormément de cassures de rythmes, des moments d’accalmie, des passages lyriques qui rendent la musique passionnante. La présence d’un "vrai" claviériste (sur la 1ère partie, les synthés étaient programmés par Ian Parry) apporte énormément dans l’appréciation positive que je peux avoir de ce 3ème opus. Dutrieux est à la fois omniprésent dans les arrangements et versatile lors de ses interventions solistes. De surcroît, Stephan Lill est un guitariste extrêmement compétent, très lyrique et émotionnel dans ses solos, alors que Parry module son chant à la perfection. Loin de l’archétype de chanteur de speed-métal, il est capable de faire vibrer sa voix, notamment sur les passages calmes ("white sands" ainsi que le long et très évolutif "beyond the gateway of legends" -purée que c’est bon !- où interviennent également des voix féminines, qu’on pourrait qualifier de félines). Souvenez-vous de ses interventions réussies sur le 1er album d’Ayreon… D’ailleurs, le concept de "Terra incognita" n’est pas sans rappeler celui de "The final experiment" : nous sommes projetés 375 ans dans le futur, alors que la terre est rongée par la pollution et le froid. La seule solution est de vivre confiné dans une biosphère où toute communication avec l’extérieur est impossible…

"Terra incognita" est un excellent disque, plus subtil que n’importe quelle production d’Elegy et plus complexe et mature que les deux premiers épisodes. Les amateurs de Vanden Plas, Masterplan et Elegy devraient adorer…

Cousin Hub




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0426 seconde(s)