Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numro.

Christian Décamps : Mes Vers Solitaires (2005 - dvd - parue dans le Koid9 n°56)

(446 mots dans ce texte )  -   lu : 132 Fois     Page Spciale pour impression

ChristianDecamps_MesVersSolitaires.jpg

En parallèle de Ange, Christian Décamps propose depuis plus de 10 ans son spectacle "Mes vers solitaires".

Ce DVD nous propose de retrouver l'artiste lors de son "ouanne mane chaud" enregistré par Fr3 Bourgogne le 21/05/1993 à Beaucourt en Territoire de Belfort.


Les "Vers solitaires" de Christian Décamps, c'est avant tout de la poésie, des mots d'humour, des mots d'amour. C'est aussi des notes de musique, une voix, un lampadaire, un train électrique, un magnéto, un synthé, une guitare.

Christian Décamps fait partie de ces personnages un peu fous avec lesquels on peut s'attendre à tout. Il se présente en toute humilité comme un "auteur – compositeur – interprète – écrivain – poète – cycliste – philorockentrope sans étiquette". Et l'on doit bien se rendre à l'évidence : il a bien tous ces talents le bougre. J'émets cependant une réserve sur ses capacités vélocipédiques car point de séance vélo durant le spectacle…

L'Homme avec un grand "H", la Femme avec un grand "F", l'amour, sont au centre de textes poétiques qui nous entraînent dans l'absurde à la mode de chez lui (on pense aussi à Pierre Desproges - lui aussi d'ailleurs).

Ce véritable magicien du verbe, se jouant avec les mots pour exprimer son amour de la vie, des choses simples et belles, mais aussi sa haine de la bassesse, de la vénalité, de l'hypocrisie. Ainsi, il est tour à tour tendre, drôle, provocateur et volontiers grivois.

Mais quand ses "mains préhensiles" se mettent à gratouiller les six cordes de sa guitare, quand ses dix doigts caressent le clavier de son synthé, quand sa voix énorme se met à tonitruer, là, on repense à l'Ange qu'il est. Du répertoire de Ange, Christian interprète "ode à Emile" et "shéhérazade", il emprunte "mon enfance" et "c'est gens-là" à celui de Jacques Brel. Sans oublier certains titres de ses premiers albums solos ("le mal d'Adam" et "juste une ligne bleue").

C'est tout cela le spectacle "Mes vers solitaires" du père Décamps, un mélange de sketches, de chansons, de saynètes, de gags, de jeux avec le public, alors un petit conseil, si le saltimbanque passe près de chez vous, rangez votre DVD et précipitez-vous applaudir l'artiste et savourez une de ces potions magiques que l'on a envie de boire jusqu'au bout de la nuit.


Bernard Prévost





Retour la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0566 seconde(s)