Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Mat Dickson : The Keeper's Log (2003 - cd - parue dans le Koid9 n°46)

(523 mots dans ce texte )  -   lu : 153 Fois     Page Spéciale pour impression

MatDickson_TheKeepersLog.jpg

Tout juste quelques mois après la parution de son 1er album intitulé "The lighthouse keeper", un disque dédié aux gardiens des vieux phares maritimes et à leur tradition, voilà que le compositeur anglais Mat Dickson nous en livre déjà un successeur, qui une nouvelle fois porte sur les thèmes de la mer et de sa solitude. Et il y a fort à parier que "The keeper’s log" fera à nouveau le bonheur de tous ceux qui avaient craqué sur les douces mélopées atmosphériques du 1er opus de notre jeune et talentueux guitariste ! Si l’œuvre de Mat Dickson a été découverte sur le tard, le surdoué mélodiste n’a donc pas perdu de temps pour se remettre au travail et ainsi battre le fer pendant qu’il est encore chaud. En effet, "The lighthouse keeper", totalement auto-produit de main de maître, était disponible depuis l’année 1998 mais ne bénéficiait malheureusement d’aucun système de distribution, et ce jusqu’à ce que sa musique résonne aux oreilles des structures VPC spécialisées bien de chez nous ! Aussi, en très peu de temps, le 1er album de mat a reçu d’excellents échos dans le fanzinat progressif hexagonal, et un bouche à oreille favorable semble avoir fait depuis son effet ! C’est donc un Mat Dickson en pleine forme et empli d’enthousiasme qu’on retrouve pour ce deuxième album (qui plus est servi dans un très beau digipack !), empli de fraîcheur, de feeling et de trésors mélodiques à souhait. Ceux qui pouvaient reprocher une certaine monotonie à "The lighthouse keeper" n’ont aucune appréhension à avoir, tant ce nouvel opus se veut davantage varié et contrasté que son prédécesseur (dont le parti pris 100 % planant et onirique me convenait tout à fait ). Mat donne ici à son travail une couleur encore plus "folk", en utilisant par exemple une plus large palette sonore, en incorporant des échantillons d’accordéon et en utilisant davantage ceux de la cornemuse et autres instruments à consonance celtique. S’il est vrai que l’apport d’un vrai potentiel acoustique sonne toujours beaucoup plus "naturel", on ne peut que saluer le perfectionniste Mat Dickson pour la qualité du résultat obtenu. Espérons seulement que le jeune compositeur se donnera un jour les moyens d’enregistrer avec d’autres musiciens, qui par le bais de leurs instruments respectifs viendront étoffer et ainsi donner encore plus d’éclat à ses compositions, qui je vous l’assure méritent les plus beaux éloges. Notons aussi la volonté de Mat de "dynamiser" certains de ces morceaux, en témoigne par exemple l’envolée progressive d’un titre comme "before the storm", qui ravira à coup sûr les amateurs du néo-prog le plus cadencé  ! Mais ce qui prédomine tout de même (et qui par la même occasion définit le style si personnel de Mat Dickson), ce sont ses arpèges de guitares tantôt acoustiques, tantôt électrifiées, avec lesquels le musicien tisse à l’infini de magnifiques lignes mélodiques sur fond de nappes de clavier (quel aisance ! on se demande d’ailleurs où il va chercher tout ça !). Bref, ça coule tout seul pendant 67 minutes, et c’est beau, tout simplement…

Philippe Vallin




Retour à la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0327 seconde(s)