Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Electric Outlet : On (2006 - cd - parue dans le Koid9 n°60)

(572 mots dans ce texte )  -   lu : 123 Fois     Page Spéciale pour impression

ElectricOutlet_On.jpg

Ce nouveau quatuor allemand produit sur ce premier album une musique instrumentale (si on excepte les quelques textes parlés/dialogues qui arrivent ici et là, en intro ou ailleurs !) que l'on pourrait parfois qualifier de "hard jazz rock" ! C'est en effet rare de combiner le côté jazz rock et sa virtuosité parfois indigeste avec le côté plus direct d'un rock dur qui puise aux racines du blues. Ce n'est qu'un petit résumé-cliché de ce que l'on peut trouver sur "On !", bien sûr. Le guitariste Marcus Deml est un artiste très versatile, qui a participé à différents projets, notamment à l'album solo de Michael Sadler, "Clear". Il a aussi fait partie du Kingdom Come de Lenny Wolf. Son approche parfois assez directe et hard rock n'est que l'une de ses facettes. Sa versatilité et sa technique adaptable qui doit aussi au jazz et au shred moderne sont un des atouts pour faire de "On !" un album assez original dans le genre instrumental. On peut difficilement classer la plupart des titres, et surtout pas trop dans le metal, même si les sons saturés ne manquent pas. OK, il y quelques riffs au son presque grunge ici et là, mais aussi des solos dignes d'Eddie Van Halen ou de Greg Howe. Côté claviers, Tom Aeschbacher est loin d'être manchot, lui aussi et joue à armes égales avec Deml et la section rythmique. Ses synthés genre Moog et son orgue Hammond ou son piano électrique font mouche. Il s'amuse aussi parfois avec des textures bizarroïdes qu'on attendrait chez Ozric Tentacles ! D'ailleurs "On !" vire quelque fois au psychédélisme ! Deml lui-même ne dédaigne pas le genre non plus ! Il y a d'ailleurs beaucoup de références jazz (voire funk) qui datent du début des années 70, plutôt américaines, à l'époque où le genre était très ouvert aux influences extérieures. D'ailleurs, le groupe cite comme référence l'album "Spectrum" de Billy Cobham - où figurait notamment Tommy Bolin -, et où des musiciens plutôt rock jouent de la fusion. La section rythmique constituée de Ralf Gustke (batterie) et de Frank Itt (basse), est de première classe, ronflante, agile, tour à tour puissante et légère. Les quatre hommes ne passent pas leur temps à faire des démonstrations, les passages enflammés alternent avec des sections plus calmes, les solos sont d'une durée raisonnables. Bref, ce n'est pas une course effrénée à la démonstration stérile et étourdissante, loin s'en faut. Et surtout, on sent que ces quatre compères sont parfaitement à l'aise ensemble, très soudés. Par les temps qui courent, c'est appréciable. Enfin, la production est nette, claire, très chaleureuse, ce qui est un plus non négligeable.

Sur 51 minutes, on trouve 9 morceaux mais en fait, deux ne sont que de très courts interludes de moins d'une minute. Les sept autres vont essentiellement de 6 à plus de 9 minutes. Et les surprises ne manquent pas, je vous l'assure. Evidemment, avec un tel mélange de sons saturés ou plus clairs, de styles musicaux qui parfois sont mis en opposition, "On ! " a une chance de choquer (occasionnellement) ou tout du moins de dérouter pas mal de gens, mais aussi de plaire aux amateurs de rock (progressif ou non) à l'esprit ouvert ! Si vous ne l'aviez pas encore compris, voici un véritable album de groupe, bien fait et surtout rafraîchissant.

Marc Moingeon




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0322 seconde(s)