Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Alamaailman Vasarat : Maahan (2007 - cd - parue dans le Koid9 n°63)

(371 mots dans ce texte )  -   lu : 135 Fois     Page Spéciale pour impression

AlamaailmanVasarat_Maahan.jpg

Par Thor, les "Marteaux du Monde Inférieur" viennent encore de frapper très fort ! Au point de fissurer à nouveau les frontières (artificielles) entre les différents genres musicaux en perturbant au passage les progueux de base. Issu du défunt groupe finlandais Hoyry-Köne, Alamaailman Vasarat existe depuis 1997 et commet ici son troisième CD. Comme on ne change pas une équipe qui gagne (sans dopage), les mêmes six musiciens remettent le couvert pour notre plus grand plaisir, et créent une ambiance déjantée illustrée par l'image du boîtier au paysage extraterrestre rose, et jusque dans le livret en montrant leur oreille droite (apparemment propre) en gros plan. Je vous épargnerai leurs noms, le finlandais étant une langue trop rude pour les pauvres locuteurs indo-européens que nous sommes, pour indiquer simplement les instruments joués : saxophone, clarinette basse, trombone, trompette, tuba, violoncelles, orgue à pompe, piano, et percussions. La technique est irréprochable et conjugue finesse et puissance. Les morceaux sont denses et ramassés, sans digressions inutiles, et interprétés avec un enthousiasme débordant leurs conférant un ton à la fois anarchique et humoristique. Par rapport au précédent sorti en 2004 (Koid'9 n° 49), le présent album semble plus homogène et plus abouti, dans le sens où les arrangements complexes et typiquement progressifs dans l'esprit font se télescoper de manière encore plus subtile différents genres musicaux a priori incompatibles. La composition est collective, et utilise comme base la musique ashkénase dite "klezmer" dopée au funk, au jazz et au metal. La fusion furieuse et décalée qui en résulte plonge l'auditeur médusé dans une ambiance de cabaret décadent et de cirque poétique façon Zingaro. Pour ceux qui tiennent quand même aux étiquettes, on peut à la rigueur proposer pour cette musique inclassable "post-prog", "klezmer in opposition", ou bien selon le site officiel du groupe "kebab-kosher-jazz-film-traffic-punk". Mais le mieux est encore d'embarquer dans cet OVNI sonore qui se propulse en recyclant toute musique rencontrée sur son passage, pour un voyage qui promet d'être mouvementé mais ô combien dépaysant ! Un des disques originaux et incontournables de l'année.

Bruno "à la marmaille va Sarah" Dassy





Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0216 seconde(s)