Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Emerson Lake & Palmer : Beyond The Beginning (2005 - 2 dvd - parue dans le Koid9 n°56)

(767 mots dans ce texte )  -   lu : 118 Fois     Page Spéciale pour impression

ELP_BeyondTheBeginning.jpg

Hommage à Robert Moog (1934/2005)

En ces temps là, les hommes étaient plus grands, leur musique aussi d'ailleurs, certains disaient qu'il y avait de la magie dans l'air. Un savant fou, Robert Moog surnommé "le docteur" leurs avait construit des instruments fabuleux à la mesure de leurs talents. Des objets cultes aujourd'hui encore inégalés... tout juste simulés. Lorsque le soleil se couche au nadir, des musiciens donnaient des concerts mythiques dans des salles obscures. EL&P allait littéralement brûler les planches, porté par l'histoire de Tarkus, le monstre d'acier né d'une éruption volcanique, donnant libre court à son imagination bouillonnante, innovante, essayant milles choses jamais vues encore. Ce monstre au carcan métallique dans l'imaginaire si bien représenté par le Moog Modular, synthétiseur monophonique au son si puissant, qui allait devenir un élément indispensable au jeu de Keith Emerson. Son premier Module fut un 5-C au prix extraordinaire à l'époque de 30000 livres (sans mode d'emploi). Les débuts furent difficiles car personne n'avait songé amener un tel instrument sur une scène vue son encombrement (problèmes d'accordage & de patches pour les changements de sons).

Lorsque EL&P joua au USA en 1970, Emo invita Moog à leur concert de Los Angeles. Bob fut particulièrement enthousiasmé par la version de "Hoedown". Peut-être le Moog Modular lui-même était-il conscient d'être devant son créateur parce qu'il n'y a pas eu de désaccordage ce soir là. Si bien que Keith fut invité par Robert Moog à l'usine de Buffalo. Mais l'inventeur était persuadé que ses modules avaient été créés spécifiquement pour le studio. Vendre ses machines à des groupes en tournée lui paraissait relever de l'impossible... mais Emerson lui expliqua qu'il pouvait l'aider à soutenir cette gageure, en rendant le Moog populaire !

Les deux hommes travaillant en étroite collaboration, le Modular allait subir quelques changements, tout d'abord avec des oscillateurs plus stables, puis d'un séquencer incorporé ainsi que des générateurs d'enveloppes supplémentaires. Ensuite allait naître le mythique Minimoog model D, la référence absolue des synthétiseurs livré avec un mode d'emploi ce coup là + un livret de sons ou Emerson donne les sons de "brain & trilogy".

En 1975, R. Moog construit ses premiers polyphoniques, les prototypes et rarissimes Apollo & Lyra utilisés sur l'album et la tournée "brain salad surgery" .

La suite est connue. En 1976, Moog vend sa compagnie à la société Norlin, Emerson intègre alors dans son set le Yamaha GX-1. C'est le meuble blanc avec trois claviers que l'on voit sur les tournées "work". D'ailleurs, ce clavier cramera, décidément, tout brule chez EL&P, Emo achètera alors le GX-1 de son ami John Paul Jones. Puis enfin, il y a peu, Moog nous revient avec une nouvelle version du Minimoog, "le Voyager" et aussi pour le Moogfest célébrant les 50 ans de la marque avec les fidèles bien sûr. Le père du fameux filtre 24 db, Robert Moog est mort le 21 août 05 d'une tumeur au cerveau.

Sur le 1er dvd qui est une suite chronologique de titres live, l'on constate qu'au début le panneau de contrôle du synthé était bien moins important mais il s'étoffera au fil des années. Puis, sur des images d'une très bonne qualité (enregistrement studio de Toccata), on apprend aussi que Carl Palmer fut le premier batteur à jouer sur une batterie électronique munie de capteurs... qu'il détruisit en seulement 2 jours au grand étonnement de Bob Moog encore une fois l'inventeur.

Le 2ème disque lui, nous propose un concert explosif, le California Jam Festival 1974 avec, pour point d'orgue, une reprise de RachmaninovEmo, sanglé sur son piano à queue, tourne dans les airs. Un superbe objet rempli d'images d'archive avec des bonus de tous les cotés, soit 250min de musique avec, en primeur, une interview du génial Robert Moog.

"A voir aussi le dvd Moog movie".

Entre parenthèse, si vous êtes friand, comme moi, de petites anecdotes ou encore un mordu de la marque, saviez-vous que Richard Pinhas du groupe Heldon possède le Moog Modular de Paul Mc Cartney acheté en occase dans une boutique Londonienne.

Jo Drogo

Site du groupe




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0384 seconde(s)