Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Ezoo : Ezoo (2007 - cd - parue dans le Koid9 n°62)

(478 mots dans ce texte )  -   lu : 109 Fois     Page Spéciale pour impression

Ezoo_Ezoo.jpg

eZoo est un nouveau groupe réunissant Linda Cushma, la stickiste américaine d'Oxygene8, qui collabore par ailleurs beaucoup avec le batteur Tim Alexander (Primus, Attention Deficit), invité au chant sur l'un des morceaux et co-producteur l'album, d'ailleurs, et Tony Levin ainsi que le stickiste argentin Guillermo Cides, et trois membres ou ex-membres du groupe mexicain de neo-progressif Cast. "Bienvenue dans le monde réel" a lancé Guillermo Cides à Carlos Humaran, l'ex-guitariste de Cast, lorsque celui-ci a décidé de quitter la formation de Mexicali. Car Cast, emmené—dirigé paraît être un terme plus adéquat, d'une main de fer dans un gant de velours—par son mentor, le claviériste Alfonso Vidales, s'il fournit de nombreuses possibilités matérielles aux musiciens qui le composent et leur apporte beaucoup, ce qu'on ne peut que saluer, ne leur laisse en revanche guère d'espace d'expression artistique. Et c'est précisément ce dont ils ont besoin et ce que les trois compères, Kiko King à la batterie, Carlos Humaran à la guitare et Flavio Miranda à la basse ont cherché et apparemment trouvé avec eZoo.

A quoi ressemble cet espace d'expression ? Pas à la musique de Cast, c'est certain. On en est même très éloigné. Difficilement classable, une fois de plus, elle est d'inspirations multiples, très rock bien plus que blues et jazz, avec des sonorités très modernes, teintées de funk et de musique latino, des mélodies riches, un bon groove des familles et des rythmes enlevés. Le premier morceau, "blue belly gecko", est entièrement instrumental et permet justement à la guitare de Carlos Humaran et au stick de Linda Cushma de s'exprimer, tandis que la section rythmique propose une base plutôt heavy, campant le décor.

Sur "crazy beautiful life", le morceau suivant, on découvre (ou retrouve, pour ceux qui connaissent Oxygene8) la voix fragile et douce de Linda, reconnaissable entre mille, toujours à moitié parlée, à moitié chantée, tandis que la guitare s'exprime vraiment, au travers de riffs rageurs. Arrêtons-nous un instant sur les paroles, qui sont toutes créditées à Linda : l'expression "crazy beautiful life" résume assez bien l'état d'esprit du groupe, qui se veut écolo et mondialiste sur les bords, militant pour la paix dans le monde et entre les peuples et cherche à exprimer passionnément tout cela au travers de sa musique et uniquement de sa musique.

Les morceaux s'enchaînent ensuite en alternant parties instrumentales et chansons, avec toujours cette fraîcheur, cette pêche, cette rage, cette envie de communiquer à l'auditeur tout à la fois leur passion pour la vie, leur joie et leurs craintes pour l'avenir.

Un premier album bien intéressant et réussi pour cette formation encore en devenir. Une affaire à suivre, donc.

Benoît Herr

Site du groupe




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0308 seconde(s)