Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Geoff Emerick : En Studio Avec Les Beatles (2010 - livre - parue dans le Koid9 n°73)

(721 mots dans ce texte )  -   lu : 103 Fois     Page Spéciale pour impression

GeoffEmerick_EnStudioAvecLesBeatles.jpg Pour faite suite au volumineux dossier paru le trimestre dernier dans Koid?9, une fois n?est pas coutume, je vais vous parler d?un livre sur les Beatles

Pour faite suite au volumineux dossier paru le trimestre dernier dans Koid?9, une fois n?est pas coutume, je vais vous parler d?un livre sur les Beatles. Oh je sais  ! Vous vous dites sûrement  : "Encore un  !" (et c?est ce que j?ai aussi pensé dans un premier temps). En effet, je dois avoir plus d?une centaine d?ouvrages consacrés à ce groupe et je ne croyais pas que quelqu?un puisse encore m?apprendre quelque chose de plus sur Le groupe mythique. Puis mon côté collectionneur compulsif a pris le dessus et je l?ai finalement acheté. Et enfin, je l?ai littéralement dévoré, le rangeant soigneusement aux côtés de l?Anthologie, de la biographie signée Hunter Davis et des chroniques de Mark Lewishon  ! Explication  :

Tout d?abord l?auteur, Geoff Emerick, n?est pas n?importe qui  : c?est le petit veinard qui, passionné de musique et d?enregistrement, a été embauché par les studios EMI au n°3 de la rue de l?Abbaye début septembre 1962 à l?âge à peine croyable de 15 ans et 9 mois  ! Et dès sa période d?essai, il assiste à la première session d?enregistrement de ce groupe d?inconnus qui vient de Liverpool. Il sera également présent lors des séances du dernier album enregistré en août 1969 ("Abbey Road"). Et entre ces deux dates, il sera l?artisan obscur des chefs-d??uvre que sont "Revolver", "Sgt Pepper" et "Abbey road", ni plus ni moins  ! Geoff est un homme profondément humble et timide et au cours du livre, il ne se met jamais en avant. Au contraire, il loue à chaque page les idées de Paul McCartney et de John Lennon, et si c?est lui qui permet à ces idées folles d?être réalisables, il n?en tire absolument aucune gloire. Et pourtant sans lui, "strawberry fields forever" ne serait pas la chanson que vous connaissez aujourd?hui, pas plus que "tomorrow never knows", ou "blackbird", ou "revolution n°1", ou encore "all you need is love". Sur au moins chacune de ces 5 chansons, sa patte (ou plus exactement son oreille et son inventivité) est indissociable du succès et du retentissement qu?elles ont eus sur le monde musical. À chaque titre, Geoff explique avec des mots simples comment il a façonné le son, placé les micros, repoussé les contraintes techniques (notamment lors des sessions de "Sgt Pepper" enregistré en 4 pistes seulement  !). Pour celui qui aime les Beatles, ce livre apporte un éclairage de l?intérieur, car il fourmille d?une foule d?anecdotes sur le déroulement des sessions de 1962 à 1970. Je n?en livrerai aucune ici, vous laissant le plaisir de les découvrir, mais sachez qu?Emerick expliquera la montée en gloire du groupe à chaque disque jusqu?à sa désintégration lors des séances du double-album blanc, ce qui l?amènera à claquer la porte du studio en plein milieu de l?enregistrement, ne supportant plus la mauvaise ambiance qui y régnait alors (en partie due à Yoko et son lit installé dans le studio). Il acceptera ensuite, à la demande pressante de McCartney, de revenir enregistrer ce qui sera le chant du cygne du groupe. Le même Paul lui demandera alors de construire le studio d?Apple dans les sous-sols de leur maison d?édition. Tâche ingrate qui se terminera en eaux de boudin par suite d?une décision calamiteuse de Ringo. Geoff sera à nouveau demandé par le bassiste pour l?aventure "Band on the run" (album pour lequel il recevra son troisième Grammy Awards après ceux reçus pour "Sgt Pepper" et "Abbey road"). Il participera encore à l?élaboration des studios de Montserrat avec George Martin. Enfin, en 2003, il recevra son quatrième Grammy pour l?ensemble de son ?uvre.

J?ai beaucoup aimé la discrétion de cet homme alors qu?il vivait des instants privilégiés. Comme il a su se mettre au service des musiciens qu?il enregistrait, dans son livre, il s?efface devant l?Histoire. Alors qu?il n?y a aucune photo, ces 476 pages se lisent d?une traite et nous en apprennent plus que 99% des livres consacrés au plus grand groupe de tous les temps. Et si vous doutez de ce dernier qualificatif, lisez ce livre  ; vous en comprendrez la raison.

Gilles Masson




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0456 seconde(s)