Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Final Conflict : Hindsight (2004 - cd - parue dans le Koid9 n°52)

(472 mots dans ce texte )  -   lu : 147 Fois     Page Spéciale pour impression

FinalConflict_Hindsight.jpg

Diantre ! L'album est daté de 2003, ce qui fait 6 ans depuis l'excellent petit dernier : "Stand up". Avant d’entamer l’écoute je me le suis même repassé (quelle conscience professionnelle !) ainsi que le précédent, "The quest", qui lui avait bien du mal à décoller. Par contre je ne connais pas le 1er, "Redress the balance".
Malgré un si long silence, de grosse révolution il n’y a point, la composition du groupe est identique, la musique du même tonneau, seul le nom a été raccourci en FC.

Musicalement, pour les claviers on est clairement du côté du Marillion de "garden party", "punch & jody", "market square heroes" … ou du Pendragon de "as good as gold". Pour l’ambiance générale je ne citerai pas le gros mot qui fâche tout le monde, vous savez celui qui commence par néo et finit par prog. Dans certains titres on note des petites influences celtes, ce qui me fait un peu penser à un autre groupe dont on parle très peu, voire jamais : Grace. Leur musique est souvent enjouée et lorgnant vers la pop, et c’est un esprit que l’on retrouve beaucoup sur ce CD.

Toujours au chapitre des influences ou citations on retrouve également un saxophone très Supertramp sur le titre "dead of night", le titre "choices" me faisant quant à lui penser à un groupe apparemment oublié par les "rééditeurs", Kooga, dont l’album "Across the water" sorti en 1986 est un vrai régal de prog un peu hard. Quant au dernier morceau, "heart & soul", pas de doute c’est du Pink Floyd, période Gilmour, avec les chœurs reconnaissables de "The division bell", ou plutôt du Pendragon rendant hommage au Floyd ("schizo").

Bref, si vous mélangez toutes ces influences vous aurez une idée assez juste du ton de cet album dont, vous l’aurez compris, le maître mot est la mélodie. C’est pour moi une très grande réussite, du même calibre que "Stand up". Le seul reproche que je lui ferais porte sur la longueur : 61 minutes pour seulement 8 titres. FC ne donnant pas dans le prog tarabiscoté, le groupe gagnerait à raccourcir aussi ses morceaux en plus de son nom ! On a un peu l’impression que quand il trouve une belle mélodie il n’arrive plus à s’en défaire. Ceci dit c’est mieux que de s’entêter dans des choses inaudibles !
Devant la pléthore de sorties actuelles et avec l’exigence du public réclamant des projets de plus en plus ambitieux et pas forcément accessibles à toutes les oreilles, il serait bien dommage qu’un tel album ne trouve pas son public, sous prétexte qu’il n’est que simplement… beau.

Denis Chamignon

Site du groupe




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0268 seconde(s)