Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Gathering (The) : Sleepy Buildings - A Semi Acoustic Evening (2004 - cd - parue dans le Koid9 n°49)

(398 mots dans ce texte )  -   lu : 110 Fois     Page Spéciale pour impression

Gathering_SleepyBuildings.jpg

Nous pensions que la rupture entre The Gathering et Century Media était consommée. Pourtant, "Sleepy buildings" parait sur ce dernier label et non sur Psychonaut Records !

Anneke and co devaient sans doute un dernier album à Century Media... C’est donc logique que "Sleepy buidings" se concentre sur le répertoire des 6 premiers albums du groupe, en omettant le dernier en date ("Souvenirs"). Personnellement, cela ne me gène absolument pas, car le trip-hop développé ces derniers temps par The Gathering était loin de me convaincre. Je trouvais que sa musique ne reposait plus que sur des loops rythmiques et des arabesques, en omettant l’essentiel : les mélodies ! A l’inverse, ce nouvel album live intimiste se focalise essentiellement (voire uniquement) sur les mélodies vocales d’Anneke. "Sleepy buildings" est-il un album acoustique ?

Pas vraiment en fait, car synthés et guitares électriques sont bien présents. Cependant, l’interprétation dépouillée que donne The Gathering de ses morceaux est résolument soft (voire soporifique: vous êtes prévenu par le titre du disque), avec renfort de gratte acoustique (celle d’Anneke) d’où l’appellation contrôlée de "semi acoustic". Le caractère mélancolique et triste de la musique des bataves se voit renforcé par ces nouveaux arrangements. "How to measure a planet" est particulièrement représenté avec la présence de "locked away", "red is a slow colour", la longue suite "travel" et ses deux standards "my electricity" et "marooned". "If_then_else" est également mis en valeur avec les tubes "saturnine" et "amity". Je suis heureux d’entendre "in motion II" et "eleanor" de "Mandylion", mon Gathering préféré. Par contre, "Nighttime birds" est particulièrement boudé avec la seule présence du court "shrink". Le plus intéressant vient de l’inédit "sleepy buildings", ainsi que des trois vieux titres des deux albums sur lequel ne figurait pas encore Anneke Van Giesbergen. Je ne connais pas ces disques, mais ces trois morceaux ("the mirror waters", "stonegarden" et "like fountains") sont vraiment excellents (et étranges) : Anneke réussit le tour de force de poser son empreinte dessus. "Sleepy buidings" est un excellent album que je ne n’arrête pas d’écouter depuis plusieurs jours. Il vaut essentiellement pour le charisme exceptionnel d’Anneke sans qui The Gathering ne serait plus rien. Un super disque d’une excellente chanteuse.

A déconseiller aux âmes dépressives...

Hubert Allusson




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0458 seconde(s)