Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Gerard : Meridian (1998 - cd - parue dans le Koid9 n°26)

(363 mots dans ce texte )  -   lu : 110 Fois     Page Spéciale pour impression

Gerard_Meridian.jpg

Non seulement vous avez raté LE concert du groupe en France, mais en plus vous avez loupé l'opportunité d'acquérir (pour moins de 100f) le dernier opus du groupe en édition limitée à 300 exemplaires. Dans une boîte carton du plus bel effet, se niche le CD dans sa boite cristal, une photo du trio dédicacée et un feuillet listant les titres des morceaux et les crédits. "Meridian" ne sortira en France chez Musea qu'en septembre dans une version normale et avec 2 morceaux différents. Bande de veinards !

Heureusement, je suis là pour vous faire baver d'envie devant ce nouveau disque... Les fans de la première heure (ceux qui possèdent les 2 premiers albums) seront tout comme pour "Pandora's box" et "The pendulum" déçus : il s'agit de reprises des anciens albums (remaniées bien sûr) et l'on ne trouve que 2 morceaux inédits, soit à peine une dizaine de minutes ! Malgré cela, je vous conseillerai cet album pour les raisons suivantes : d'abord peu de gens possèdent les 2 premiers albums qui sont réédités au compte goutte par King Records au Japon. Ensuite, le groupe est dorénavant beaucoup plus dynamique qu'auparavant. En effet les séquences fortement rythmées sont légions même si l'on est encore loin du hard-rock (par contre les amateurs de symphonisme grand teint y perdent un peu au change). Nous avons donc droit pour cette cuvée 98 à une reprise d"orpheus", mais cette fois ci avec Tomoki Ueno au chant et une durée nettement rallongée par rapport à la version de "The pendulum". Originellemnt sur l'album "Irony of fate" "prelude" est une courte respiration symphonique entièrement instrumentale cette fois. Les autres titres "meridian", "the act of the apostles", "revenge" et "melting time" sont tous très intéressants et surpuissants. La seule faute de goût vient d'"empty lie, empty dream" présenté dans une version quasi-identique à celle figurant sur "The pendulum" (quel intérêt ?).

Voilà donc pour ce nouvel album qui possède aussi le même défaut que ses 2 prédécesseurs: il est beaucoup trop court!

Renaud Oualid




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0366 seconde(s)