Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Gordon Giltrap Band : The Band Live 1981 (2003 - cd - parue dans le Koid9 n°47)

(450 mots dans ce texte )  -   lu : 108 Fois     Page Spéciale pour impression

GordonGiltrapBand_TheBandLive1981.jpg

Enregistré pour une diffusion à la BBC en 1981, ce concert en studio de ce qui s'appelait alors le Gordon Giltrap Band est d'une qualité sonore exceptionnelle. Giltrap faisait ainsi la promotion de l'album "The peacock party", qui ne contenait pas d'arrangements orchestraux, à la différence de ses trois précédents albums… Et pourtant le sens mélodique, les influences étaient toujours là. La différence réside cependant dans les arrangements qui incluent souvent un saxo et puis la musique prenait un tour plus léger parfois, moins sérieux (un passage reggae à un moment en plein milieu d'un morceau folky !). Mais il est surtout étonnant de voir le maître de la guitare acoustique 6 et 12 cordes se mettre aussi souvent à la guitare électrique ! Il y en avait déjà sur l'excellent "Fear of the dark" en 78 mais sur ce live, c'est bien plus fréquent et force est d'admettre que Giltrap est également doué sur cet instrument ! On peut facilement s'en apercevoir sur une bonne partie de ces 14 morceaux ! Bien sûr "The peacock party" contenait aussi des titres acoustiques que l'on entend sur cet album. En tout, "The band live 1981" contient 9 extraits de cet album.

Giltrap est secondé ici par John "Bimbo" Acock (orthographié "Abcock" sur cet album) qui travailla aussi avec Steve Hackett (saxophones, flûte, claviers), Clive Bunker (batterie, ex-Jethro Tull) et le fidèle Rod Edwards (claviers). Il n'y a pas de bassiste. Pourtant, Edwards et l'excellent Bunker (particulièrement impressionnant sur cet album) pallient très efficacement cette lacune. Les versions sont intéressantes car parfois assez différentes avec les interventions de Acock au saxo ou à la flûte, mais c'est surtout l'énergie et l'apparente facilité avec laquelle Giltrap interprète ces pièces qui donnent son intérêt à l'album. On pourrait comparer le son et le style du guitariste à celui de Steve Howe (un de ses amis) en électrique vers les années 77-80 mais en plus clair et moins saturé.

A côté de la touche pastorale, bucolique de certains morceaux, il y a toujours un côté lyrique et mélancolique, mais aussi des traits assez énergiques, comme sur "Fear of the dark", dont on retrouve deux extraits ici (une version courte de "roots" et le très dynamique "nightrider"). La version du classique "heartsong" possède une pêche incroyable.

Bref, c'est un document d'une heure assez indispensable pour les amateurs du musicien et pour une fois qu'un album live (enregistré en studio quand même) datant d'il y a plus de 20 ans possède une qualité sonore aussi splendide, il ne faut pas s'en priver.

Marc Moingeon




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0666 seconde(s)