Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Hamadryad : Intrusion (2010 - cd - parue dans le Koid9 n°74)

(1172 mots dans ce texte )  -   lu : 118 Fois     Page Spéciale pour impression

Hamadryad_Intrusion.jpg

Cela faisait donc 5 ans que nous attendions tous le successeur de "Safe in conformity" (exception faite du "Live in France", enregistré au festival Crescendo en 2006), album qui avait été jugé différemment suivant les sensibilités de chacun, certains regrettant l'époque du chanteur Jocelyn Beaulieu (figurant sur leur premier album "Conservation of mass" paru en 2001), d'autres assurant que la succession vocale prise par Jean François Desilets (membre fondateur du groupe) était la bonne. Personnellement, je regrettais bien sûr l'organe vocal extraordinaire du premier chanteur mais j'appréciais évidemment le tournant Genesisien que prenait quelque peu la musique du combo. Mais laissons-là les querelles de chapelle puisque le groupe se présente armé d'un nouveau chanteur à part entière en la personne de Jean Philippe Major (en plus des talents multiples de Jean François, qui tient tout de même, en plus du chant, basse, pédale de basse et guitare acoustique 12 cordes). Le groupe est toujours constitué de l'autre membre fondateur, Denis Jalbert (guitares électriques et acoustiques 6 et 12 cordes, mandoline, ch?urs) ainsi que du fidèle (depuis 2005) Sébastien Cloutier (claviers, orgue Hammond B3, Wurlitzer, ch?urs) et du remplaçant d'Yves Jalbert aux fûts Nicolas Turcotte. Les bouillants canadiens nous ont donc conçu 9 nouveaux titres (à noter qu'une édition spéciale existe nantie d'un DVD titré "When they were four" qui est la captation vidéo de leur prestation au festival précité en 2006 ? un extrait en était d'ailleurs déjà paru sur le DVD "Crescendo 2005-2006"). Tout le concept graphique de l'album est basé sur la très belle peinture d'Evelyne Charrette, qui constitue la pochette. Michael Cloutier et Denis Jalbert se sont occupés du magnifique design de l'objet. Je me dois de vous donner mes impressions personnelles sur ce disque. Au départ, je n'arrivais pas à y trouver de point d'accroche. Je cherchais en vain la mélodie, le riff, la ligne vocale à quoi m'accrocher. Et tout d'un coup, après la Xème écoute, le déclic s'est fait et ça a été pour moi la révélation divine (Amen  !). Je dis ça, non pas pour raconter ma vie passionnante dont vous n'avez rien à faire et vous avez bien raison, mais pour vous prévenir qu'il ne faut surtout pas juger cet album (fruit de 5 ans de travail, ne l'oublions jamais) à l'aune des premières écoutes. Cet album est difficile mais croyez moi, lorsque vous en aurez tiré la "substantifique moelle", vous n'en décrocherez plus  ! Ce qui est mon cas. Je cherche d'ailleurs à m'en désintoxiquer mais c'est difficile d'autant plus que ces zigotos vont enfoncer le clou en se produisant au festival Crescendo cette année. Je ne vais pas détailler tous les titres (ce n'est pas l'envie qui me manque mais le temps et la place) mais sachez que les 4 derniers morceaux font dans les 5', les 3 précédents dans les 6' et que l'album s'ouvre sur un titre de près de 9' suivi par un long de 11'. C'est peut-être justement ce choix, d'attaquer par les deux pièces les plus imposantes, qui fait que cet album est si difficile à apprivoiser. Qu'importe. La musique est globalement composée par le groupe, les paroles étant signées Y. Jalbert, C. Lamarche ou J-F. Désilets. A noter donc que le nouveau chanteur n'a donc rien composé sur ce disque. Puisque l'on parle de ce qui fait débat, qu'en est-il de ce nouveau membre  ? Nanti d'une fort belle voix (quelquefois proche de Ian Gillan dans les passages hard, excusez du peu), celui-ci apporte au groupe une touche intéressante, d'autant plus que cela permet d'obtenir des colorations vocales différentes suivant le chanteur, sans parler des ch?urs magnifiques (plusieurs passages font franchement penser à Gentle Giant). Dois-je rappeler que les claviers de Sébastien Cloutier sont des plus magiques et inventifs  ? C'est un vrai festival d'orgue Hammond B3 et de Wurlitzer. Il est d'ailleurs responsable des plus belles mélodies de ce disque (exemple au hasard, le final magnifique de "pray to my God", le plus long morceau). Il apporte depuis son intégration un vrai plus au groupe. Et il faut le voir sur scène, pour ceux qui se paieront l'édition limitée  : un vrai zébulon oui, but with dreadlocks included  ! Je n'oublie pas bien sûr les autres instrumentistes, à commencer par l'excellent Denis Jalbert, qui illumine l'album de ses interventions divines de guitares, diverses et variées. C'est un véritable festival de guitares électriques et acoustiques 6 et 12 cordes. Il y a même de la mandoline  ! Je ne parle même pas des soli d'enfer, c'est à vous dégoûter tout guitariste en herbe. Jean François Desilets, qui assure également des parties de chant solo, joue toujours aussi bien de la basse ainsi que des pédales de basse et même un peu de guitare acoustique 12 cordes. Enfin, last but not least, la batterie, percussions est tenue de main de maître par un nouveau membre, Nicolas Turcotte, capable d'autant de finesse qu'il peut être percutant lorsque le morceau le veut. Je me dois de citer notamment deux morceaux qui me font fondre de bonheur en grand amateur de Genesis que je suis. "Sentenced" et surtout "in my country" sont des véritables enchantements, qui me procurent des frissons de bonheur à chaque écoute. Le dernier semble tiré de "Trespass", au moins en sa première partie, c'est dire le niveau. C'est un festival de guitares 12 cordes et d'orgue. Je ne résiste pas également, pour vous montrer l'humour que possède ce groupe, à l'envie de vous dévoiler en exclusivité mondiale le titre du dernier morceau de ce CD, je prends ma respiration, allez c'est parti  : "he was recalling memories but you know I didn't believe a single word because, no matter how much emphasis he was putting in it? still smelled like bull sh*t (a.k.a liar)"  ! Méga mortel, non  ? Sûrement l'un des titres les plus longs au monde  ! Au final, un grand disque de musique foisonnante à souhait, difficile à appréhender en quelques écoutes (je dois en être à ma vingtième et je découvre sans arrêt des nouvelles choses  !). Il faut impérativement lui laisser le temps de mûrir et ne pas hésiter à remettre, cent fois sur le métier, le disque entre vos oreilles ébahies. Lorsque vous aurez découvert cette fabuleuse musique, nul doute que comme moi, vous serez définitivement fan et que vous n'aurez pas d'autre choix que d'aller les applaudir cet été au festival Crescendo (décidément, il est partout celui-là  ! Sacré Séb) ou dans la région charentaise où ils se produiront 7 fois en tout  ! Voici les lieux et dates de tous ces concerts qui seront de plus gratuits : aucune raison donc de s'en priver? 13/08/2010 21h Saint Augustin/Mer, 14/08 22h Ronce les bains, 15/08 21h La Palmyre, 16/08 21h Meschers sur Gironde, 17/08 21h Vaux/Mer (ciné concert), 21/08 20h St Palais/Mer (festival Crescendo), 22/08 20h 30 St Georges de Didonne. Tous les renseignements nécessaires sur le site du groupe www.hamadryadmusic.com.

Renaud "Mama Triade" Oualid




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0406 seconde(s)