Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numéro.

Hyacintus : Elydian (2003 - cd - parue dans le Koid9 n°45)

(470 mots dans ce texte )  -   lu : 104 Fois     Page Spéciale pour impression

Hyacinthus_Elydian.jpg

Derrière ce joli pseudonyme aux consonances florales, se cache un multi-instrumentiste argentin, Jacinto M. Corral. Celui-ci assure sur son album un éventail d'instruments assez étonnant : guitares électrique et acoustique, guitare classique, basse, piano, synthétiseurs, violoncelle, alto et les programmations de batterie ! Aïe ! C'est juste là que le bât blesse car même si les percussions ne sont pas omniprésentes, le son des rythmes programmés n'est vraiment pas à la hauteur du reste, soufrant d'un manque de réalisme, et d'une froideur assez gênante comparé au reste de l'instrumentation. Pourtant un batteur et un percussionniste sont crédités sur quelques titres mais vraiment, on pense toujours à des boîtes à rythmes programmées de façon limitée, surtout au niveau des sonorités.

Maintenant que j'ai cité le défaut de l'album, on peut parler de ses qualités et elles sont nombreuses, heureusement ! "Elydian" est un album-concept derrière lequel se cache une histoire d'heroic fantasy racontée sur le livret mais l'album est en fait instrumental ! 13 actes, 13 morceaux enchaînés les uns aux autres racontent cette légende de façon plus ou moins symphonique. Les synthétiseurs aux sonorités cristallines et orchestrales de Corral enveloppent toute la musique mais les autres instruments ne sont pas en reste et notre homme est aussi un guitariste tout à fait compétent. Les instruments acoustiques comme le violoncelle et l'alto, plus une clarinette jouée par Ariel Sanchez ne sont pas présent en permanence mais donnent plus de réalisme aux claviers, notamment lors des parties calmes. La musique de Hyacintus est pourtant le plus souvent assez dynamique, ses influences sont assez nettement classiques - de type fin XIXème siècle - et le résultat laisse une impression de poème épique comportant une majorité d'épisodes grandioses, d'autres très tendus et quelques uns sont très légers, empreints d'une nuance pastorale. Malgré l'éloignement géographique et culturel, cet album m'a légèrement fait pensé à "War of angels", l'album du musicien hongrois Attila Héger, sorti sous le pseudonyme de Laren d'Or, il y a environ 5 ans, en nettement plus acoustique cependant (une petite référence assez pointue pour les connaisseurs !).

"Elydian" est vraiment un bel album, très mélodique, une sorte de musique de film qui s'accompagnerait bien d'images et non l'inverse. Ne serait-ce le défaut (à mon avis assez gênant mais pas rédhibitoire) des arrangements de percussions, on pourrait parler de petite merveille. En plus, le livret est très simple mais très réussi, esthétiquement parlant. Le problème des auto-productions en solitaire est souvent le même malheureusement. Certains musiciens sont plus chanceux que d'autres et bénéficient de davantage de moyens, voire des services d'amis talentueux pour enregistrer ce type d'album… D'autres pas. A écouter plusieurs fois avant de juger et à suivre en tout cas.

Marc Moingeon




Retour ŕ la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0452 seconde(s)